Pour Jonathan Duhamel champion de la WSOP , c'est le hasard (chance) qui a été l'élément le plus déterminant de sa victoire

Jonathan Duhamel, champion de la WSOP«Ne lâchez pas l’école pour jouer»

«Je réalise que je suis l'exception. Je ne suggérerais à personne de lâcher l'école comme moi pour devenir joueur de poker professionnel. Tous ceux qui se sont rendus près de la finale ont eu de la chance à certains moments. Heureusement pour moi, j'ai été le plus chanceux de tous.»

Jonathan Duhamel faisait partie d'un tournoi qui comptait plus de 7300 participants. À plusieurs reprises, il a dû pousser tous ses jetons au centre de la table et espérer tirer LA carte chanceuse.

«Lors du sixième jour, je n'avais plus de jetons. J'ai dû y aller le tout pour le tout avec un as et un 5. Mon adversaire avait un As et un 9. Finalement, le 5 est sorti et j'ai été sauvé. À partir de là, ma pile a continuellement augmenté.»

Duhamel a été aussi très chanceux lors d'une autre main alors qu'un 8, découvert lors de la dernière carte commune, est venu lui donner une séquence qui lui a permis de remporter celle-ci.

75% de chance, 25% de talent

Contrairement à beaucoup de joueurs de poker qui se prenne pour des champions d'échec, Jonathan ne sous-estime pas la part du hasard dans ce jeu. Il a confirmé aux représentants des médias ce que depuis longtemps les experts estimaient comme la part du hasard et du talent au Texas Hold'em. Notre grand champion a estimé que l'issue du jeu au poker est déterminée par 75% de chance et 25% de talent.

«C'est difficile de dire quel est le pourcentage associé à la chance et le pourcentage associé au talent, mais si j'avais à donner un chiffre je dirais que 75% des fois, c'est la chance qui fait la différence. À long terme un joueur plus expérimenté gagnera plus souvent, mais à court terme, la chance joue un grand rôle. Un bon joueur qui n'a jamais de jeu ne pourra pas triompher. (…) Des fois, t'es chanceux, des fois tu l'es pas. Cette fois-ci, c'est moi qui l'a été», ajoute-t-il.

Champion de la WSOP, une chance qui ne se reproduira pas...

Contrairement à un tournoi d'échec, les probabilités que Jonathan Duhamel gagne de nouveau ce tournoi (ou deux fois tout autres un tournoi équivalent) sont presque inexistantes. Aux échecs, un jeu qui repose uniquement sur le talent et la stratégie, le meilleur joueur du moment (ex.:Kasparov) est assuré de gagner la majorité des tournois. Au Poker, le hasard est si déterminant que les chances pour un champion de gagner le même tournoi ou même une majorité de tournois similaires dans une saison sont presque nulles. Cet exemple serait aussi valable si on comparait le poker à n'importe quels autres sports. Le meilleur compteur de la LNH va le demeurer, sauf s'il est blessé ou malade tant et aussi longtemps qu'un joueur plus talentueux le détrônera.

Le poker tout comme le backgammon (ou le Monopoly) est, même si'l exige de la stratégie, un jeu de hasard. Il n'est pas un sport et rien ne justifie sa présence sur les canaux spécialisés dédiés aux sports et encore moins aux... Jeux Olympiques.

Alain Dubois

Author: Alain Dubois

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Tout-le-monde-en-parle_Alain_Dubois.png

Alain Dubois à "Tout le monde en parle"

Dimanche 9 octobre, j'ai fait un de mes deniers tour de piste, comme expert et critique de l’industrie du gambling à la populaire émission «Tout le monde en parle».

Lire la suite

liberte-internet_-_Copie.JPG

Loto-Québec: Blocage des sites de casinos - La neutralité du Net n'est pas menacé mais...

Le gouvernement du Québec se serait enfin décidé à s'attaquer aux sites privés de jeux d'argent et...

Lire la suite