Chaire sur le jeu responsable ou observatoire des jeux?

Loto Québec et le jeu en ligne: savoir tirer la plogueMise sur toi financera une chaire de recherche sur le jeu responsable qui sera gérée par le Fonds de recherche du Québec société et culture (FQRSC). L'objectif de la chaire serait de produire des connaissances pour prévenir les comportements à risque et ainsi développer des comportements responsables en ce qui a trait aux jeux d'argent et de hasard. Si le FQRSC est responsable de l'appel de propositions, les fonds proviendront exclusivement de Mise sur toi, un organisme financé uniquement par Loto-Québec.

Que penser de cette annonce?

Tout d'abord, la notion même de jeu responsable comporte un parti pris important puisqu'elle fait uniquement porter la responsabilité des problèmes de jeu sur l'individu: comportements à risques; failles dans le processus cognitif, faiblesses génétiques; dérèglements neurochimiques, etc. Jamais (ou marginalement) les tenants du jeu responsable ne s'intéressent aux facteurs culturels, sociaux, environnementaux; aux impacts de la promotion et de la grande accessibilité des jeux d'argent et de hasard; jamais ils n'analysent la dangerosité des jeux, leurs conceptions (programmation et utilisation des failles dans le fonctionnement du cerveau).

Contrairement à la notion de «jeu sécuritaire», qui englobe l'ensemble des aspects reliés aux développements des problèmes de jeu, la notion de jeu responsable est limitée et unilatérale. L'industrie du jeu, on le comprendra, préfère cibler les comportements à risque des joueurs au lieu de regarder ce qu'elle pourrait faire pour limiter les problèmes de dépendance qui touchent près de 3,5 % des adeptes de leurs jeux et 20 % des joueurs de jeux électroniques (peu importe la fréquence de jeu: 1 ou 100 fois/an). Depuis longtemps au Québec, on refuse les commandites et subventions provenant de l'industrie du tabac, y compris dans les universités. Pourquoi en serait-il autrement pour l'industrie du jeu? Les problèmes éthiques que ces industries soulèvent ne sont-ils pas de même nature?

En attendant que l'on impose à Loto-Québec des mesures équivalentes à celles des cigarettiers, il serait souhaitable que les chercheurs et les universités adoptent le même code d'éthique et que, par conséquent, ils s'abstiennent de recevoir toute subvention provenant, directement ou indirectement, de l'industrie du jeu.

La main qui nous nourrit

Cette annonce témoigne aussi de la trop grande place qu'a prise l'industrie étatique du jeu au Québec, un presque État dans l'État... Loto-Québec commandite au Québec à peu près tous les festivals et activités culturelles. Elle remet directement ou par l'intermédiaire de l'organisme Mise sur toi, qu'elle a créé et finance, des centaines de milliers de dollars à des centres de traitement pour joueurs compulsifs, à plusieurs dizaines d'organismes communautaires, des universités, etc.

Loto-Québec cultive l'art de la dépendance aux subventions qu'elle distribue si généreusement et qui, comble de l'ironie, provient en bonne partie des joueurs compulsifs...

Il est urgent de revoir le mandat de Loto-Québec, une société d'État qui devrait n'être qu'un simple gestionnaire de l'industrie étatique du jeu. Elle devrait revenir à son mandat premier: gérer le jeu dans l'ordre et la mesure... Pour ce faire, il serait souhaitable que l'ensemble des subventions qu'elle distribue soit remis aux ministères concernés (Culture, Santé et Services sociaux, Éducation, etc.) afin que ceux-ci les distribuent eux-mêmes, et ce, en fonction de leurs propres priorités. Ce n'est pas à Loto-Québec de définir les politiques culturelles, communautaires et sociales du Québec, mais au gouvernement.

À quand un observatoire?

Il est plus que temps que l'on mette en place au Québec, un observatoire des jeux d'argent. Celui-ci devrait être indépendant et relever directement de l'Assemblée nationale. Il serait composé principalement d'intervenants publics, de chercheurs de la santé publique et d'universitaires (sans aucun lien avec Loto-Québec et les organismes qu'elle subventionne).

Cet observatoire québécois des jeux d'argent serait responsable de financer et coordonner l'ensemble des efforts de prévention, d'étude, de recherche et de proposer des mesures concrètes visant à réduire la dangerosité des jeux de hasard et d'argent au sein de la population.

Alain Dubois, porte-parole d'EmJEU

Aussi dans le DEVOIR: Jeux d'argent et de hasard - Une chaire ou un observatoire des jeux? ou dans nos pages ICI

A lire: La campagne de prévention de Mise sur toi: On joue!

IMAGE: REFLET DE SOCIÉTÉ

Alain Dubois

Author: Alain Dubois

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Robert Robert ·  22 septembre 2011, 01:09

Excellent article. Continuez votre travail. Ces enjeux souvent complexes d'influences pernicieuses dans le choix des mots et des objets de recherche montrent à quel point on peut diriger sciemment des ressources collectives dans des stratégies inefficaces....

Raoul Raoul ·  22 septembre 2011, 01:54

Les programmes de jeu responsable des exploitants omettent les conseils qui seraient les plus utiles aux joueurs.

Ils ne conseillent pas aux joueurs de fixer une limite raisonnable à leurs pertes cumulatives de sessions en sessions.

Ils ne conseillent pas aux joueurs de garder une perception unifiée du jeu auquel ils jouent, c.à.d. d'attribuer au jeu les gains qu'il accorde aléatoirement et les pertes qu'il cause en encaissant irréversiblement les mises.

L'omission de ces conseils transforme un programme de jeu responsable en programme de consommation durable. Un tel programme ne prévient en rien le jeu excessif, le jeu compulsif et le jeu pathologique. Leur programme évite simplement la catastrophe hâtive qui risquerait prématurément d'inciter le joueur à s'abstenir de jouer.

Raoul

Raoul Raoul ·  23 septembre 2011, 01:19

La vraie cause de ma maladie du jeu à la loterie vidéo était le comportement pervers narcissique de l'appareil.

J'ai demandé l'aide d'un hypnologue expérimenté pour unifier ma perception inconsciente de cette loterie. Quatre rencontres ont suffi, là où les autres thérapies avaient échoué.

Peterson Peterson ·  15 décembre 2011, 10:10

Voulez-vous parier que la récipiendaire de cette chaire sur le jeu responsable sera, cette année, Mme Sylvia Kirouz ? Elle le mérite bien.. non... ;D

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Francois_Trucy_senateur.png

Hommage à François Trucy, sénateur de la «République Des Jeux»

Elu pour la première fois en septembre 1986, le sénateur Trucy – auteur de nombreux rapports sur les...

Lire la suite

loup_bergerie-amya.jpg

Privatisation du jeu en ligne à Loto-Québec et paris sportifs...

Récemment, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a laissé entrevoir la possibilité que...

Lire la suite