Troisième trimestre d’EspaceJeux: bilan comportemental

HamburgerJusqu’ici, Loto-Québec n’a pas publié beaucoup de données concernant la performance d’EspaceJeux. À la page 10 du rapport annuel 2010-2011, on indique que le revenu global au 31 mars était de 7 millions de dollars (pour 4 mois?).

Dans le rapport trimestriel suivant, on indique que le revenu est de 4,533 millions de dollars. Cela ressemble à une diminution d’au moins 14%. Les charges (non précisées) étant de 3,236 millions, il ne resterait que 1,3 millions en profit. Sur un an, cela donne environ 5 millions. C’est peu par rapport à une fuite économique annuelle, prétendue toujours croissante, estimée en novembre 2009, de manière conservatrice, à 80 millions par le président de Loto-Québec. Marché inexistant ou produit non concurrentiel? Peut-être les deux. Pour y comprendre quelque chose, il faut des données comportementales. Loto-Québec n’en publie pas. En voici donc, du moins pour les tournois multitables de poker!

EspaceJeux comprend un volet jeux de casino et un volet poker. Dans le volet poker, on a les tournois multitables, les tournois individuels (sit & go) et les parties en argent (cash games). Les données suivantes ne concernent que les tournois multitables du volet poker. C’est l’activité vedette du site, la plus discutée publiquement. Bref, c’est plausiblement la principale porte d’entrée sur EspaceJeux.

Du 19 juin au 17 septembre 2011, j’ai pris note des résultats de la plupart des tournois multitables. L’ouragan Irène, et la non-collaboration du service d’aide en ligne, m’ont fait perdre trois tournois gratuits. Le résultat des tournois disparaissant parfois rapidement, j’en ai possiblement échappé quelques autres (mais pas plus que quatre (cela se vérifie car l’offre quotidienne est très régulière)). Quoi qu’il en soit, les données qui suivent sont calculées à partir de 7006 tournois. La base de données rend compte de 99,6% des montants dépensés aux tournois multitables. Ces données trimestrielles correspondent aux semaines 30 à 42 de l’existence d’EspaceJeux.

En 13 semaines, 11488 pseudonymes différents ont été notés. Cela ne signifie pas nécessairement 11488 personnes. Même si cela n’est théoriquement pas permis, on ne sait pas si des joueurs utilisent plusieurs pseudonymes. Par contre, il existe des pseudonymes qui sont utilisés par plusieurs personnes. Par exemple, un seul compte est utilisé par tous les membres d’une famille.

De ces 11488 pseudonymes, 20,7% n’ont participé qu’à des tournois gratuits (les freerolls quotidiens), et 30,6% n’ont participé qu’à des tournois payants. Quinze pour cent n’ont participé qu’à un seul tournoi payant. À l’autre extrême, un pseudonyme s’est inscrit à 1772 tournois multitables en 91 jours (18,9 tournois par jour).


EJ_T3_Ntournois

Environ un pseudonyme sur cinq (18,8%) n’a été présent qu’une seule journée. Par contre, 18,3% des pseudonymes ont été notés durant au moins 86 des 91 jours d’observations.


EJ_T3_durée

À la fin de la période des 13 semaines, 34,8% des pseudonymes n’avaient pas joué depuis 30 jours ou plus.


EJ_T3_depuis

Durant la durée de leur séjour sur EspaceJeux, la plupart des pseudonymes (88,4%) ont joué au moins une fois par semaine, et 40,8% ont joué pratiquement à tous les jours. Les trois-quarts (76,9%) n’ont joué qu’un tournoi par jour. Seulement 7,6% des pseudonymes ont joué plus de 2 tournois par jour. Le maximum est près de 20 tournois par jour.


EJ_T3_délai

En ce qui concerne le bilan financier, 58,7% des pseudonymes sont perdants, tandis que 23,1% sont gagnants et 18,2% en sortent kif-kif (la majorité des joueurs qui n’ont joué que gratuitement et qui n’ont pas remporté de lots). Cinq pour cent (5,00%) des pseudonymes perdent plus de 250 dollars (équivalent de $1000 pour une année), alors que 4,27% des pseudonymes ont des gains d’au moins 250 dollars. Le gain maximal est de 18022 dollars alors que la perte maximale est de 7387 dollars. Quatre pseudonymes perdent plus que 2500 dollars et 50 perdent entre 1000 et 2500 dollars. En contrepartie, 61 pseudonymes gagnent plus que 2500 dollars.


EJ_T3_Bilan

L’ampleur absolue des gains ou des pertes dépend du nombre de parties jouées. Si on ajuste pour le nombre de parties jouées, on obtient le taux de remise effectif. Pour que cette statistique soit valable, il est nécessaire que ce taux soit calculé seulement chez les joueurs qui ont participé à au moins 30 tournois payants. Dans le graphique suivant, on constate, chez ces 2018 pseudonymes, que 69,7% d’entre eux en ressortent perdants. Toutefois, 9,6% des pseudonymes maintiennent, pour au moins 30 tournois, un taux de remise effectif entre 150% et 300%. Ceci confirme qu’il existe une minorité de joueurs capables de tirer un profit à long terme de leur expérience de jeu. Est-ce suffisant pour vivre du poker? À ce sujet, seulement 8 pseudonymes affichent des gains de plus de 10000 dollars ($40000 annuellement). Par surcroît, pour atteindre ce niveau de performance annuellement, il faut garder la cadence affichée durant ce trimestre … ce qui n’est pas garanti.


EJ_T3_TauxRemise

Globalement, EspaceJeux (tournois multitables) a enregistré des revenus bruts de $2,366 + 0,177 millions (2,366 à redistribuer aux joueurs et 0,177 en commission pour un total de 2,543 millions). Par contre, en raison des déficits des tournois à lots garantis ainsi que des tournois satellites, des lots totalisant 2,549 millions ont été remis aux joueurs. Cela représente un taux de remise effectif global de 98,4%. C’est beaucoup plus que l’habituel 92% des appareils électroniques de jeu. Mais, si on ajoute les lots (environ $47000) distribués lors des tournois gratuits, les joueurs sur EspaceJeux ont bénéficié d’un taux de remise effectif de 100,2%. Bref, EspaceJeux ne fait pas de profit avec les tournois multitables. Heu, il y a une nuance à apporter. Les lots retournés aux joueurs ne représentent pas toujours de l’argent véritable. Durant les tournois satellites, les joueurs gagnent une inscription au tournoi suivant, plus coûteux. EspaceJeux ne sort pas d’argent de sa poche. Elle ne fait qu’asseoir un joueur supplémentaire à une table. S’il y a un profit, il est là. Les inscriptions aux tournois satellites représentent 6,9% du total des inscriptions.

En conclusion, la principale porte d’entrée sur EspaceJeux affiche une performance décevante. Il y a manifestement un problème de trafic. Des 11488 pseudonymes qui ont été présents durant ces 13 semaines, seulement 3632 ont joué plus que 10 tournois payants. À peine 609 ont joué plus que 100 tournois payants en 91 jours. À ce compte, il aurait sans doute été préférable que Loto-Québec se lance dans la confection de hamburgers car il est probable que les chaînes de restauration rapide entraînent une fuite économique à l’étranger endiguable plus importante, et de loin, que le jeu en ligne.



Photo : Iconshock

Jean Leblond

Author: Jean Leblond

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (3)

Robert Robert ·  25 septembre 2011, 01:20

Les profits viendraient donc des jeux autres que le poker ?

Si les revenus de 7 000 000 déclarés dans le rapport trimestriel de Loto-Québec, en provenance d'espacejeux, s'avèrent être autour de 2,5 / 3 millions $$$, les jeux "autres" représenteraient donc le siphon principal ?

Robert Robert ·  25 septembre 2011, 02:01

La plus grande part des profits viendrait donc des jeux autres que le poker ?

Il semble avoir eu un problème avec ma tentative de commentaire précédent sur ce billet, désolé si c'est en double...

Avec des revenus déclarés de 7 millions pour espacejeux lors du premier trimestre (rapport de Loto-Québec), on peut penser que les autres activités rapportent davantage que le poker ?

Jean Leblond Jean Leblond ·  25 septembre 2011, 10:33

Il est certain que les revenus du poker ne proviennent pas beaucoup des tournois individuels (sit & go). Il n'y a pratiquement pas d'affluence. Avec une main crève-coeur élevée ces temps-ci, les parties payantes (cash games) fonctionnent un peu mieux. Avec les cash games, EJ encaisse sans avoir à garantir des lots. C'est un profit assuré (moins évidemment les redevances à payer à l'opérateur).

La grande inconnue provient surtout de la portion des revenus en provenance des jeux de type ALV ou LotoClic qui se trouvent sur le site web. Difficile d'estimer la répartition entre ces activités. C'est pourtant là qu'il serait crucial et urgent d'obtenir un estimé. À quel point les joueurs qui ont perdu le contrôle sur les ALV ont-ils transféré leurs comportements de jeu? LQ a l'air de vouloir en faire un secret à l'encontre des autorités de santé publique. Pitoyable!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

You_got_my_number__5411729245_.jpg.jpg

Les 639 premiers jours de bingo en ligne sur EspaceJeux

Sur le site EspaceJeux de Loto-Québec, le bingo en ligne a été inauguré de 12 juin 2014 avec deux...

Lire la suite

LQ_2016-02-29_BalancePrecision.png

Les tirages du Lotto 6/49 pourraient ne pas être ce qu’on croit

Quand on regarde un tirage du Lotto 6/49, sauf la couleur et le numéro, on voit 49 boules...

Lire la suite