Chaire sur le jeu responsable: Réponse à Mise sur toi

Un loup dans la bergerie - conflit d'intérêtRéponse d'Alain Dubois, d'EmJEU, à une lettre de Madame Nancy Leggett-Bachand Directrice générale de Mise sur toi publié dans le DEVOIR du 29 septembre. -Mise sur toi, a été crée par Loto-Québec et ses fonds proviennent exclusivement de Loto-Québec, elle ne finance peut être plus directement des centres de traitement pour joueurs compulsifs, mais jusqu'à tout récemment c'était effectivement le cas, entre autres, par fondation interposé. Si Mise sur toi ne remet plus ce type de subventions, je saurai gré à mme Nancy Leggett-Bachand de me le confirmer par écrit et je me rétracterai avec grand plaisir.

Contrairement, à ce que prétend Mme Leggett-Bachand, je n'affirme aucunement que son organisme, donne à lui seul des centaines de milliers de dollars de subventions. Voici ce que j'ai mentionné:"Loto-Québec commandite au Québec à peu près tous les festivals et activités culturelles. Elle remet directement ou par l'intermédiaire de l'organisme Mise sur toi (...) des centaines de milliers de dollars à des centres de traitement pour joueurs compulsifs, à plusieurs dizaines d'organismes communautaires, des universités, etc.".

Lorsque je fais allusion aux facteurs sociaux, environnementaux, culturels, j'y inclus,les campagnes de promotions de Loto-Québec, la grande accessibilité réelle et symbolique des jeux d'argent et de hasard, les programmes de commandites, etc. J'y inclus aussi l'environnement logiciel dans lequel gravite les joueurs, la banalisation du gambling qui assimile cette activité à un simple jeu ou un sport et dont Mise sur toi se fait l'apôtre et le messager. Madame Nacy-Leggett se dit ouverte que les fonds de recherche remis à la chaire qu'elle finance puisse être éventuellement alloués à des sujets tels que ceux mentionnés ci-haut. Tant mieux, mais je serais étonné que son bailleur de fonds, Loto-Québec apprécie que des travaux de recherche qu'elle finance par le biais de Mise sur toi portent sur ses campagnes de promotion ou sur les logiciels qu'elle utilise dans ses jeux électroniques. On verra...

Un jeu qui n'est pas un jeu...

À l'image de son fameux "pour que le jeu reste un jeu". La dernière campagne de prévention du jeu compulsif mené par Mise sur toi illustre bien que cet organisme participe activement à cette entreprise de banalisation du "gambling".

L'un des messages met en scène une mère qui joue aux appareils de loterie vidéo tout comme elle joue au théâtre et aux échecs, l'autre présente un homme qui joue des tours à ses amis, joue de la guitare, joue avec ses enfants, qui joue de la guitare et... joue au poker.

Pour la chercheure Élisabeth Papineau, «cette association avec des loisirs est trompeuse et donne un faux sentiment de sécurité. Ce n'est pas inoffensif. Avec les appareils de loterie vidéo, on compte 19% de joueurs problématiques» (1)

La confusion des genres

L'industrie des jeux d'argent et de hasard (JAH) et les organismes qu'elle finance déploient des efforts considérables pour que l'on assimile les JAH à de simples jeux, aider par la langue française qui contrairement à l'anglais (gambling) n'a pas de mots précis pour décrire ce divertissement". L’industrie américaine, anglo-saxonne et les organismes, procède à un détournement sémantique de même nature et préfère utiliser en lieu et place de gambling le terme gaming.

Un sondage qui en dit long sur la crédibilité de Mise sur toi

Dans un sondage Léger marketing commandé par l'INSPQ on apprend que 45% des personnes interrogées ayant vu les publicités de Mises sur toi estiment que ceux-ci n'informent pas des risques et les dangers des jeux d'argent et de hasard. Un Québécois sur cinq croit même que ces messages encouragent la pratique de ces jeux. L'étude a été réalisée auprès de 1000 personnes entre le 14 et le 17 février dernier. Sa marge d'erreur est +/-3,1% dans 19 cas sur 20.

Les messages de Mise sur toi seraient donc non seulement inefficaces, mais aurait l'effet contraire aux objectifs de prévention et de "jeu responsable" qu'elle prétend cibler.

Le même type de problème s'est posé lorsqu’on a cédé les premières campagnes de prévention du tabagisme à l'industrie du tabac. Le gouvernement a dû reprendre ce mandat aux cigarettiers pour que celle-ci soit réellement efficace (ex. les images sur les paquets de cigarettes).

N'en déplaise à Mise sur toi et à Loto-Québec, les jeux d'argent et de hasard (gambling) ne sont pas des jeux comme les autres... On ne joue pas aux jeux d'argent comme on jouerait au serpent et à l'échelle, aux billes ou de la guitare! Pour un nombre significatif (2) de "gamblers" et leur entourage, il y a d'importantes et souvent dramatiques conséquences: faillite financière; séparation; dépression; perte d'emploi; conduite criminelle, suicide, etc.

Redonner ses lettres de noblesse aux recherches québécoises sur le jeu

La recherche sur les jeux d'argent a été trop souvent au centre de controverse. Aujourd'hui, il me semble important pour l'avenir et la crédibilité de la recherche québécoise sur les jeux d'argent et de hasard (gambling) de se tenir loin de tout conflit d'intérêt ou d'apparence de conflit d'intérêts. Je demande donc au Fonds de recherche du Québec société et culture (FQRSC) de revenir sur sa décision et d'avoir la même politique pour l'industrie du "gambling" que pour l'industrie du tabac. La FQRSC doit refuser des fonds de recherche qui proviennent directement ou indirectement de Loto-Québec.

Les jeux d'argent & hasard : un dossier trop politisé

Quoiqu'en dise Mme Nancy Leggett-Bachand, et je le déplore, tout ce qui concerne Loto-Québec et les jeux de hasard et d'argent est «politique». Tous ceux qui connaissent le sujet vous le diront, ce sont des sujets sensibles ou les interventions de membres du gouvernement et de leur personnel politique sont fréquentes. Loto-Québec est une société d'État qui brasse beaucoup d'argent. Elle est dirigée par du personnel de direction très proche du gouvernement. Si sur des sujets qui touche la toxicomanie et les politiques gouvernementales en matière de drogue, il est presque possible de défendre publiquement n'importe laquelle des positions, ce n’est nullement le cas lorsqu'il est question de Loto-Québec, de sa gestion des jeux d'argent et d'argent ou des produits qu'elle met en marché...

C'est cette difficile réalité qui nous a inspiré notre demande d'un Observatoire des jeux... Un organisme indépendant qui relèverait directement de l'Assemblée nationale et qui serait responsable de financer et coordonner l'ensemble des efforts de prévention, d'étude, de recherche et de proposer des mesures concrètes visant à réduire la dangerosité des jeux de hasard et d'argent au sein de la population.

Alain Dubois, porte-parole d'EmJEU

À lire:

Dans le DEVOIR: Jeux d'argent et de hasard - Une chaire ou un observatoire des jeux? ou dans nos pages ICI

La réaction de Mme Nancy Leggett-Bachand - Directrice générale de Mise sur toi (Le DEVOIR)

  1. Déclaration faite par mme Élisabeth Papineau dans le cadre du colloque Surdose médiatique et santé des jeunes : les faits, les dommages, les solutions Colloque organisés par EDUPAX, l'ACME et le Y des femmes de Montréal du 4 au 6 mai 2011.
  2. Le taux de prévalence de jeu problématique est +/-3.5 % des joueurs (+/-70% de la pop.) et +/- 20% chez des adeptes de jeux électroniques (+/-*10% de la pop.)
Alain Dubois

Author: Alain Dubois

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Raoul Raoul ·  01 octobre 2011, 09:10

Faut-il une chaire sur le jeu responsable pour comprendre ce discours ?

J'ai demandé au Dr. Woods pourquoi le programme de jeu responsable ne conseillait pas au joueur de fixer une limite raisonnable à ses pertes cumulatives.

Voici la réponse qu'il m'a faite :

Bonjour Ding,
L'idée derrière l'imposition des limites c'est à donner aux joueurs l'option de diriger leurs propres budget de jeu, comme payer leurs factures de téléphone ou de gaz. En plus, la plupart des gens sont payés a chaque semaine ou mensuellement, alors les budgets de jeu en sont aussi. Je ne suis pas sûr que ce serait possible de fixer une limite à vie, en tout cas, les situations financières individuels peuvent changer.
Dr Wood

J'ai compris de cette réponse que leur programme de jeu responsable vise à obtenir une consommation durable, plutôt qu'un comportement raisonnable qui tienne compte à la fois des ressources du joueur et du jeu désavantageux auquel il joue.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Francois_Trucy_senateur.png

Hommage à François Trucy, sénateur de la «République Des Jeux»

Elu pour la première fois en septembre 1986, le sénateur Trucy – auteur de nombreux rapports sur les...

Lire la suite

loup_bergerie-amya.jpg

Privatisation du jeu en ligne à Loto-Québec et paris sportifs...

Récemment, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a laissé entrevoir la possibilité que...

Lire la suite