A-t-on pris une vessie pour une lanterne?

Trois mois avant l’inauguration d’EspaceJeux, les clients canadiens des portails offshores du réseau IPN (GTech/Boss Media) ont reçu un message indiquant que, en date du 24 septembre 2010, le réseau n’allait plus accepter les joueurs canadiens lors des activités de poker en ligne. Dans ce fil des discussions, on constate aussi que le portail Poker Heaven lierait explicitement cette décision à l’avènement prochain (1 décembre 2010) du Canadian Poker Network (CPN : EspaceJeux, PlayNow).

2plus2_FortunePoker_ban

2plus2_PokerHeaven_ban

En raison de l’obtention du contrat pour opérer le réseau CPN, on pouvait logiquement conclure que GTech entreprenait de cesser toute opération potentiellement illégale en sol canadien.

Pourtant, bien malin qui saurait trouver une trace, juridiquement contraignante, de cet engagement dans un document public de GTech, de Loto-Québec ou du gouvernement du Québec.

À ce sujet, quelques jours avant Noël (2011-12-21), j’ai été intrigué par une question posée dans un des forums de PokerCollectif.

PC_PokerHeaven_un_bon_site

En fait, ce n’est pas tant la question qui était intrigante que le reste de la discussion qui a suivie. Un modérateur du forum indique d’abord que le réseau IPN n’est pas accessible au Canada. Conséquemment, le participant demande pourquoi PokerHeaven est encore listé dans les offres de rakeback de PokerCollectif? Loin de répondre, le modérateur invite le participant à poursuivre dans un échange de courriel privé.

PC_courriel_privé

Sur Internet, on trouve quelques forums de discussion qui captent l’intérêt des joueurs de poker en ligne. Parallèlement, ces sites agissent comme affiliés, c’est-à-dire comme intermédiaires potentiels entre un joueur et un site offshore. Comme un courtier qui fait l’inventaire des offres dans un marché, l’affilié facilite les démarches pour obtenir le rakeback le plus avantageux ou l’acquisition de logiciels ou de services utiles ou nécessaires pour le jeu offshore. Le rakeback est une ristourne versée au joueur selon un pourcentage de l’argent versé en commission. On comprend que l’affilié obtient une rétribution pour les clients recrutés. Au Québec, deux sites apparaissent agir ainsi.

Sur PokerCollectif (onglet « BONUS & RAKEBACK / OFFRES.COM (QUÉBEC) ), le portail PokerHeaven, du réseau IPN, figure en sixième position dans la liste.

PC_offre_rakeback

PC_offre_de_rakeback_PokerHeaven

Sur PrincePoker, en plus de l’offre de PokerHeaven, on retrouve le portail FortunePoker, soit le portail représentatif où pokerscout échantillonne ses informations pour mesurer l’activité du réseau IPN.

PP_offre_de_poker

Le 23 décembre, j’entreprends de m’inscrire sur le portail de FortunePoker sous le pseudonyme de bossm et en donnant comme adresse celle du siège de Boss Media en Suède. En un rien de temps, je me retrouve à jouer sur les tables d’apprentissage. Je suis pourtant dans mon bureau au Québec et aucun logiciel pouvant masquer mon lieu de connexion n’est installé sur mon ordinateur.

FortunePoker

Je me suis ensuite inscrit au tournoi des recrues prévu pour le lendemain. C’est un tournoi gratuit qui récompense en argent (1000 euros) les 180 premières positions sur 1067 joueurs. Quelques minutes avant le tournoi, mon compte bossm est bloqué. Mais, je me réinscris illico sous le pseudonyme really3 avec des paramètres faciles à détecter comme étant inexistants. Après quelques minutes, je suis en train d’intervenir dans un tournoi où je n’ai pas d’affaire. Non seulement really3 prend quelques décisions qui changent le cours des événements. Bossm est aussi présent sur une autre table. La perte inévitable des jetons de bossm procure un avantage aux autres joueurs de cette table. Tant sur EspaceJeux que sur IPN, le logiciel de Boss Media/GTech a manifestement des problèmes à assurer l’intégrité du tournoi des recrues.

FortunePoker

La veille de Noël, peut-être que les gestionnaires du réseau étaient tous en congé. Un mois plus tard, je me réinscris sous le pseudonyme espacejeux en donnant comme adresse celle de GamCare au Royaume-Uni. Encore une fois, je me retrouve dans une situation où j’interviens de manière significative dans un tournoi où je n’ai pas d’affaire. Je prends néanmoins soin de sortir rapidement. Il est possible de reproduire cette situation à partir de serveurs différents du mien, avec des ordinateurs appartenant à plusieurs autres personnes. Je n’ai pas de privilèges spéciaux.

FortunePoker

C’est clair que le réseau IPN ne bloque pas les adresses IP en provenance du Canada. Lors de l’inscription, on ne peut pas s’inscrire avec une adresse postale située au Canada, mais on peut jouer en sol canadien si on a un compte inscrit ailleurs. C’est étonnant car ce constat apparaît en contradiction majeure avec le modèle territorial promu par la World Lotteries Association (WLA).

Malgré que j’aie pu intervenir dans ce tournoi, je n’aurais jamais pu encaisser mes gains dans les conditions actuelles. Pour ce faire, j’aurais eu besoin d’un ou plusieurs intermédiaires (européens, par exemple) qui auraient créé mon compte, encaissé le gain et effectué le transfert financier après avoir prélevé une commission.

Retournons sur un des forums de discussion des affiliés québécois. On y constate une discussion concernant les joueurs québécois qui désirent jouer sur EspaceJeux tout en étant hors du Canada, en l’occurrence au Mexique et en Amérique du Sud.

PC_Mexique

PC_AmériqueDuSud

La solution est d’utiliser un VPN (Virtual Private Network). Un VPN est un intermédiaire qui relaie une requête Internet en la faisant passer par des serveurs situés dans d’autres pays. Par exemple, StrongVPN permet aux Canadiens d’apparaître comme des internautes situés au Royaume-Uni où le jeu en ligne est plus que libéral.

StrongVPN

PokerCollectif_2011-12-27_16h32m_StrongVPN.png

Il en existe plusieurs autres.

SuperVPN

BlackLogicVPN

Une compagnie montréalaise offre aussi aux joueurs de poker en ligne de servir d’intermédiaire vers le Canada, donc potentiellement vers EspaceJeux.

VPN_privacy

Il ne reste plus qu’à faire transiter les montants d’argent par d’autres intermédiaires (voir au bas de cet exemple qui explique comment transiger avec FortunePoker). En l’occurrence, Skrill (Moneybookers) est bien connu des joueurs québécois.

ProGrinders

PC_Moneybookers



Par l’intermédiaire des affiliés, les sites offshores ont manifestement transféré, hors de leurs opérations directes, toutes les transactions pouvant être litigieuses. En apparence au moins, le risque légal est transféré à des individus dont on ne sait pas grand-chose et qui ne rendent probablement compte à personne. En ce qui concerne EspaceJeux, un site qui se réclame d’une éthique et d’une intégrité gouvernementales, ce pelletage potentiel de responsabilités dans ce qui pourrait être un no man’s land juridique soulève plusieurs questions cruciales concernant l’intégrité.

D’abord qui, chez EspaceJeux, a décidé de financer les affiliés québécois par l’intermédiaire d’une commandite? Est-ce Loto-Québec ou l’opérateur GTech? La réponse est particulièrement importante car il est probable que cette commandite aide au financement d’un système qui a pour résultat d’orienter les joueurs québécois vers des sites offshores, et possiblement vers le réseau offshore de l’opérateur d’EspaceJeux. La question est d’autant pertinente que c’est la World Lotteries Association qui est mandatée par Loto-Québec pour accréditer l’intégrité des opérations. Rappelons que GTech est un des principaux contributeurs financiers de la WLA. Il y a une ambiguïté qui peut porter préjudice à GTech ou à la population québécoise.

Ensuite, lorsque Loto-Québec faisait la promotion de son projet du jeu en ligne, on nous a beaucoup parlé d’une étude du Boston Consulting Group qui établissait à 675 millions de dollars la perte des Canadiens dans le jeu en ligne avec une croissance annuelle de 30%. Or, à ma connaissance, ce document est resté secret dans les officines de Loto-Québec et du ministère des Finances. A-t-on le moindrement vérifié si ces 675 millions correspondaient plutôt à des sommes que dépensaient les Américains en utilisant des VPN canadiens pour jouer? Outre ce transit d’argent américain, il n’y a probablement jamais eu de marché pour le jeu en ligne au Québec, et malgré les efforts marketing de Loto-Québec, le marché actuel reste nettement en deçà des estimés.

En ce qui concerne la migration des joueurs d’EspaceJeux vers les sites offshores, quel organisme indépendant a le pouvoir de vérifier combien de Québécois ont encore la possibilité de jouer sur le réseau IPN? Pourquoi le réseau IPN ne bloque-t-il pas simplement les adresses IP provenant du Canada sinon pour profiter des joueurs américains? Advenant que ce soit le cas, n’y a-t-il pas un problème à ce qu’une société d’état néglige de réclamer un blocage effectif d’une activité commerciale qui n’est pas permise aux USA, et qu’elle-même prétend devoir être impérativement endiguée sur son territoire?

Enfin, puisque le principal motif d’implantation d’EspaceJeux est un endiguement de la dépense offshore, comment établit-on que les sommes gagnées sur EspaceJeux ne sortent pas de l’économie québécoise, ou plus généralement de l’économie canadienne? Il est notoire que le calibre de poker sur EspaceJeux est relativement novice. Des joueurs étrangers expérimentés pourraient causer une fuite économique annulant complètement les sommes endiguées. Comment surveille-t-on ce risque?

Les problèmes d’intégrité sont le talon d’Achille de l’industrie du jeu. Comme on le constate ici, la situation actuelle au Québec est loin d’établir que le modèle gouvernemental protège adéquatement la population contre le jeu illégal. Dans les faits, les efforts de PokerStars pour contrer les VPN apparaissent beaucoup plus convaincants, pour respecter les juridictions territoriales, que tout ce qu’on peut observer chez EspaceJeux.



Photo: Gomurafuji

Jean Leblond

Author: Jean Leblond

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (6)

Pokerman Pokerman ·  14 février 2012, 06:29

Bien que je ne connaisse que très peu de choses concernant le web et son fonctionnement, ce que je viens de lire dans votre article me laisse clairement un goût très amer de tout ce qui entoure le poker en ligne.

Si je comprend bien le système, il est possible d'avoir un compte sur n'importe quel site de poker en ligne même si, en théorie, il est interdit dans notre pays. Mais, n'est-il pas illégal d'utiliser un VPN pour détourner le système? Et si oui, est-il possible que ceux qui les utilisent finissent par faire face à des procédures judiciaires à cet effet? Est-il acceptable que des sites "réputés" de poker tel que "Poker Collectif" et "Prince Poker" encouragent leurs membres à agir de façon que l'on peut certainement qualifier de frauduleuse pour obtenir un compte sur un site de poker?

Définitivement, tout ça me lève le coeur. Ça signifie aussi qu'il est certainement plus que facile pour ceux qui s'y connaissent de détenir plusieurs comptes de poker sur un même site et ainsi donc, pouvoir s'asseoir à une même table de "cash game" avec plus d'un joueur, ce qu'on appelle le "multi-accouting" et ce, sans aucun risque de se faire prendre. C'est vraiment dégueulasse.

Si je comprend bien vos propos, il pourrait être possible pour le gouvernement québécois de mettre fin à cette fraude. Pourquoi ne le fait-il pas alors? Encore une fois, où est l'honnêteté et l'intégrité prôné par Espacejeux? D'un autre côté, je préfère de loin que les choses restent dans leurs états actuels car sinon, je me verrais dans l'obligation de pratiquer ma passion pour le poker en ligne sur leur site, qui deviendrait alors la seule et unique possibilité. Tant et aussi longtemps que des études statistiques ne prouveront pas, hors de tous doutes, que la distribution des cartes est réellement aléatoire sur le site d'Espacejeux, je continuerai à jouer sur Pokerstars même si cette distribution des cartes est tout aussi douteuse qu'ailleurs. Du moins, eux nous offrent une plateforme et un service à la clientèle professionnel.

Mais malgré tout, votre article, bien que très pertinent me laisse vraiment un mauvais goût du poker en ligne, et ce, à plusieurs niveaux. Toutes ces fraudes, trucages et malhonnêteté contribuent largement à détruire, à petit feu, ce jeu si passionnant qu'est le poker. Quelle tristesse!

sebasdess sebasdess ·  20 février 2012, 02:39

Les offres sur PokerCollectif.info ne sont pas gérés par PokerCollectif, mais bien par Rakeback Engine (voir au bas de la page de pokercollectif.info). Nous n'en faisons que le service à la clientèle en français. Dans le cas de PrincePoker, la page des offres de PrincePoker est géré par PokerAffiliateSolutions, et non pas par PrincePoker.

Sachez également, notre clientèle n'est pas 100% québécoise. Nous avons des joueurs français, belge, espagnol, anglais, américains et thailandais qui profitent de différentes offres. Nos joueurs français utilisent nos offres sur des sites règlementés par l'ARJEL; nos joueurs américains vont se contenter d'offre sur Merge/Cake; les joueurs québécois ont accès à EspaceJeux et d'autres sites ".com"; ailleurs, les joueurs sont plus souvent qu'autrement libre de jouer sur pratiquement tous les sites. Le fait que nous ayons de la pub sur EspaceJeux ne signifie pas que les joueurs américains peuvent y jouer; à l'inverse, le fait d'avoir des offres sur le réseau Boss Media ne signifie pas que nos joueurs québécois peuvent le faire.

Également, la conversation que vous citez où je répond "nous avons d'autres offres ici" avec un lien vers PokerCollectif.info est clairement de mauvaise foi. J'informe le joueur qu'il n'est pas possible de jouer sur Boss Media, mais qu'il y a d'autres alternatives ailleurs et qu'il peut me contacter à cet égard afin d'en savoir plus. En quoi est-ce que je l'invite à jouer sur un réseau interdit comme Boss Media?

Pour ce qui est des VPN, certains en utilisent pour accéder à différents sites lorsqu'ils sont en voyages ou afin d'accéder à leur compte bancaire (ou voir des sites de vidéo, ou peu importe). Certains sites n'interdisent pas expressément l'utilisation de VPN. Nous avons modifié la description il y a plusieurs jours déjà (avant la mise en place de votre article, je crois) afin de retiré "PokerStars" de la liste étant donné qu'ils l'interdisent expressément.

Finalement, vous avez utiliser une fausse adresse afin de participer à un tournoi gratuit sur un site du réseau Boss Media. C'est vous le fautif dans cette histoire en n'ayant pas suivi les termes et conditions du site en question. Advenant le cas où vous auriez gagné un lot sur ce freeroll, vous n'auriez pas été en mesure de retirer votre argent en ayant mis une fausse adresse suédoise.

On a peut-être pris une vessie pour une lanterne... mais vous semblez prendre des gens pour une valise.

Bien à vous,
Sebastien, aka sebasdess
www.PokerCollectif.com

Jean Leblond Jean Leblond ·  20 février 2012, 12:11

Bonjour Sébastien,

Peux-tu affirmer que, depuis l'inauguration d'EspaceJeux, aucun Québécois n'a utilisé PokerCollectif pour être conseillé sur la manière d'avoir accès au réseau IPN pour jouer à l'argent au poker, et qu'aucune personne, autre qu'un citoyen du Québec, n'a pu avoir accès à EspaceJeux via des informations obtenues de PokerCollectif? Si c'est non dans les deux cas, ce sera clair.

sebasdess sebasdess ·  20 février 2012, 01:04

En 2011, nous n'avons que 2 joueurs sur PokerCollectif qui ont utilisé l'offre PokerHeaven. Un premier est francais d'origine restant maintenant au Royaume Unie; le deuxième est également francais et je crois qu'il se trouve en Thailande.

Au total, ces joueurs ont payé pour 3218.42$ en rake dans l'année 2011 au complet; le francais en thailande n'y joue plus depuis le 15 février 2011; celui au Royaume Unie n'y joue plus depuis le 22 décembre 2011.

Pour ce qui est d'avoir accès à EspaceJeux alors qu'on n'est pas citoyen du Québec, à ma connaissance, aucun joueur d'une autre nationalité n'a eu accès à ce réseau. En fait, je ne vois tout simplement pas comment il serait possible de le faire, étant donné les vérifications d'identités qui est systématiquement faite via le dossier de crédit.

Ceci étant, PokerCollectif a effectivement un lien vers un VPN dans sa section OUTILS. Il s'agit là d'un outil qui est utilisé par une poignée de joueurs, autant pour avoir accès à son argent lorsqu'ils sont en voyages que d'avoir accès à des sites de vidéos ayant une restriction territoriale, et d'autres les utilisent pour jouer sur certains sites de jeu en ligne. Ce lien n'est pas pour autoriser des joueurs d'ailleurs à jouer sur EspaceJeux (il n'y pourrait pas de toute façon) et à ma connaissance, très peu de joueurs utilisent des vpn pour jouer sur des réseaux interdits. C'est plus souvent des gens en voyage (ex: Las Vegas; Macau; etc.) qui utilisent ces vpn pour avoir accès à leur moneybookers ou même pour jouer directement au poker. À ma connaissance, les français ont + tendance à utiliser ces vpn afin d'avoir accès aux ".com": ils se soustraient ainsi au rake astronomique pris par le gouvernement français.

En espérant que cela répondent à vos question,
Bien à vous,
Sebastien aka sebasdess
www.pokercollectif.com

Pokerman Pokerman ·  20 février 2012, 05:14

Donc, si je comprend bien les propos de Sébastien, il confirme qu'effectivement, certains joueurs utilisent bel et bien des VPN pour jouer sur des sites de poker à partir d'endroit qui sont pourtant interdit, mais puisque ceux-ci n'indiquent pas expressément que c'est interdit de les utiliser, il considère que c'est légal.

Ainsi donc, si je comprend sa façon de voir les choses, on peut dire qu'un mineur peut, légalement entrer dans un bar s'il a de fausses cartes pour prouver qu'il est majeur, à moins que le bar n'indique expressément qu'il est interdit d'utilser de fausses cartes. Dans la même ligne de pensées, on pourrait alors dire aussi qu'il est légal de voler une banque à moins que celle-ci n'indique expressément qu'il est interdit de le faire. En résumé, tout ce qui n'est pas indiqué expressément comme étant illégal, l'est.

N'y a-t-il pas une jurisprudence qui dit: "Nul n'est sensé ignorer la loi"? Ainsi donc, il m'apparait clair qu'il n'est pas nécessaire qu'un site indique expressément que l'utilisation d'un VPN est interdit pour que ce le soit et du même coup, il est clair et net que cette utilisation est frauduleuse dans n'importe quelle circonstance.

Est-ce que je me trompe?

J'aimerais bien que des représentants d'Espacejeux se prononcent à ce sujet puisqu'ils sont certainement "victimes" de cette fraude meme si, dans les faits, ça les avantages en augmentant l'achalandage qui, faut le dire, en a vraiment besoin. En fait, les vraies victimes sont plutôt ceux qui y jouent en toute légalité.

Jean Leblond Jean Leblond ·  21 février 2012, 01:36

Les montants rapportés répondent adéquatement à la question en ce qui concerne IPN et PokerCollectif.

En ce qui concerne les VPN, la réponse apparaît davantage angélique. Il en ressort néanmoins que le logiciel de GTech, via IPN, ne semble pas exercer un grand attrait auprès des joueurs offshores francophones. Ceci ajoute à l'irréalisme d'avoir crû que cette charrette à boeufs pouvait endiguer la dépense au jeu des Québécois jouant offshore.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

You_got_my_number__5411729245_.jpg.jpg

Les 639 premiers jours de bingo en ligne sur EspaceJeux

Sur le site EspaceJeux de Loto-Québec, le bingo en ligne a été inauguré de 12 juin 2014 avec deux...

Lire la suite

LQ_2016-02-29_BalancePrecision.png

Les tirages du Lotto 6/49 pourraient ne pas être ce qu’on croit

Quand on regarde un tirage du Lotto 6/49, sauf la couleur et le numéro, on voit 49 boules...

Lire la suite