C'est la fin pour MISE SUR TOI !

Loto-Québec ne cache plus ses intentionsMise sur toi, un organisme créé et financé par Loto-Québec pour faire la promotion du «jeu responsable» cessera bientôt d'exister. (1).

Loto-Québec (LQ) a annoncé qu'elle allait mettre la clé dans la porte de Mise sur toi qui avait récemment obtenu un semblant d'indépendance de la société d'État. Le Devoir a appris que LQ en reprenait le contrôle et que sa gestion relèvera maintenant d'une vice-présidence au jeu responsable. Ce poste créé par le président de Loto-Québec, Gérard Bibeau, sera occupé par la médecin Guylaine Rioux, ancienne présidente et directrice générale de Services Québec. C'est en quelque sorte un retour en arrière pour la société d'État, car ce mandat relevait autrefois des services corporatifs de Loto-Québec. Daniel Dubeau occupait alors le poste de directeur de la recherche et de la prévention du jeu pathologique.

La dissolution de Mise sur toi prouve bien, comme nous le prétendions, que cet organisme n'avait pas une réelle indépendance et qu’elle était assujettie au contrôle de Loto-Québec.

Les campagnes de prévention de Mise sur toi qui faisait la promotion de la notion du jeu responsable que met de l'avant l'industrie du gambling étaient reconnues pour être particulièrement inefficaces.

Une étude de l’INSPQ avait démontré qu’une personne sur cinq croyait que ces messages visaient en fait, à encourager la pratique des jeux de hasard, alors que 45% des répondants à l’étude estimaient que les messages n’informaient en rien sur les risques et les dangers du jeu. Face à ces critiques, Mise sur toi avait répondu par une campagne plus mordante sur les dangers des appareils de loterie vidéo. Cette campagne s'écartait du discours corporatif de Loto-Québec sur le jeu responsable, car elle mettait en relief certains dangers associés à ces jeux de hasard électronique dangereusement programmé et qui sont responsables de plus de 90% des demandeurs de traitement pour un problème de dépendance au jeu. Cette campagne, même si, elle était relativement timide, a probablement déplu à Loto-Québec qui a décidé, quelques mois après son lancement, d'en reprendre le contrôle.

Le cash d'abord...

La volonté du gouvernement péquiste de demander à Loto-Québec de générer 140 millions de revenus supplémentaires dans les deux prochaines années n'est probablement pas, aussi étrangère à la disparition de l'organisme. Il ne faut pas être devin pour savoir que toute mesure ou campagne de prévention du jeu compulsif le moindrement efficace a pour conséquence probable, une diminution des profits chez Loto-Québec. Pour le gouvernement Marois, le rendement financier de sa société d'État passe bien avant les préoccupations de santé publique. Il ne faut pas oublier que les jeux de hasard et d'argent représentent une lucrative taxe (volontaire), puisqu'elle permet au gouvernement d'engranger plus d'un milliard 300 millions de dollars par année. Contrairement à l'augmentation des taxes sur les cigarettes, celle-ci a pour effet d'augmenter les problèmes de santé...

Et la Chaire de recherche sur le jeu responsable..

L'annonce par Loto-Québec de la dissolution de Mise sur toi signifie t'elle aussi la fin de la chaire de recherche sur le jeu responsable qu'elle a créé? Si oui, cela ne troublera pas l'auteur de ces lignes. Celle-ci est trop associée à l'industrie étatique du jeu pour être crédible. Sa disparition représenterait donc une bonne nouvelle pour tout ceux qui ont cœur l'indépendance de la recherche sur le jeu.

À quand un observatoire des jeux?

Il est plus que temps que l'on mette en place au Québec, un observatoire des jeux d'argent. Celui-ci devrait être indépendant et relever directement de l'Assemblée nationale. Il serait composé principalement d'intervenants publics, de chercheurs de la santé publique et d'universitaires (sans aucun lien avec Loto-Québec et les organismes qu'elle subventionne).

Cet observatoire québécois des jeux d'argent serait responsable de financer et coordonner l'ensemble des efforts de prévention, d'étude, de recherche et de proposer des mesures concrètes visant à réduire la dangerosité des jeux de hasard et d'argent au sein de la population.

Alain Dubois

Note:

(1) La notion même de jeu responsable comporte un parti pris important puisqu'elle fait uniquement porter la responsabilité des problèmes de jeu sur l'individu: comportements à risques; failles dans le processus cognitif, faiblesses génétiques; dérèglements neurochimiques, etc. Jamais (ou marginalement) les tenants du jeu responsable ne s'intéressent aux facteurs culturels, sociaux, environnementaux; aux impacts de la promotion et de la grande accessibilité des jeux d'argent et de hasard; jamais ils n'analysent la dangerosité des jeux, leurs conceptions (programmation et utilisation des failles dans le fonctionnement du cerveau).

Contrairement à la notion de «jeu sécuritaire», qui englobe l'ensemble des aspects reliés aux développements des problèmes de jeu, la notion de jeu responsable est limitée et unilatérale. L'industrie du jeu, on le comprendra, préfère cibler les comportements à risque des joueurs au lieu de regarder ce qu'elle pourrait faire pour limiter les problèmes de dépendance au jeu.

Alain Dubois

Author: Alain Dubois

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

Pokerman Pokerman ·  24 novembre 2012, 12:31

Je me souviens avoir été passablement surpris des propos tenu lors d'une des dernières campagne de sensibilisation de Mise-sur-toi car elle dénonçait vraiment les dangers du "gambling".

Dois-je maintenant être surpris de cette décision de Loto-Québec? Sûrement pas!

Puisque le gouvernement Marois exige l'augmentation des revenus de Loto-Québec, il va de soi qu'il se doit d'éliminer tous les éléments nuisant à la réalisation de cet objectif. L'élimination de Mise-sur-toi, l'augmentation de l'offre de jeu, l'aveuglement face aux problèmes reliés aux "gambling" et, possiblement, la monopolisation de l'offre de jeu en ligne sont certainement tous des éléments important à mettre en place pour eux.

Ainsi donc, la création d'un observatoire des jeux tel que vous nous le présentez, bien qu'absolument et fondamentalement nécessaire à une saine, intègre et honnête gestion de toutes les offres de jeux, m'apparaît illusoire puisqu'il est évident qu'il nuirait énormément à cet objectif d'augmentation des revenus de Loto-Québec.

Avant les élections, Mme Marois prônait l'honnêteté, la justice et l'intégrité, ce qui nous laissaient un espoir qu'enfin, le site Espacejeux serait soumit à des vérifications faites par des experts indépendants, particulièrement au sujet de la distribution des cartes car nous savons tous très bien que les certifications actuelles ne sont que de la poudre aux yeux et ne démontrent absolument pas l'intégrité de celle-ci car les racines de programmation ne sont aucunement certifiées, laissant totalement place aux contrôles des résultats obtenus.

Aujourd'hui, force est de constater que tout ça n'était que de belles promesses électorales. Ainsi donc, ce n'est pas demain la veille où nous pourrons avoir l'assurance de ne pas se faire arnaquer lorsque nous sommes victimes de jeux incroyables sur Espacejeux. Alors, des AK opposés à QQ, des AQ opposés à KK et des mains perdantes qui se transforment en mains gagnantes avec la carte de la rivière, on a pas fini d'en voir!

Jean Leblond Jean Leblond ·  24 novembre 2012, 02:39

(La Fondation) Mise sur toi, alors filiale de Loto-Québec, a été juridiquement transformée en organisme indépendant relativement peu de temps avant les négociations pour régler le recours collectif. Le tribunal étant maintenant loin des préoccupations, la vieille culture organisationnelle des control freaks se réinstalle vraisemblablement. Je ne suis vraiment pas convaincu que cette culture fossile soit ce dont LQ a besoin pour reconquérir une population qui cherche du nouveau, une expérience qui lui est profitable, et qui va exiger de plus en plus de transparence dans la gestion des affaires publiques.

Loin d'être des vendeurs de rêve, les dinosaures sont des acheteurs de rêve.

Robert Robert ·  25 novembre 2012, 06:04

Pas nécessairement la fin de Mise sur toi.

Rien n'indique qu'il s'agit de la fin des activités de Mise sur toi, mais plutôt 'd'une reprise de contrôle directe et donc, de la fin de toute forme d'indépendance sur le plan structurel.... Il faudra voir si le nom de la chose va changer, les "spécialistes" en analyse stratégique en décideront, suite à de fines analyses; n'en doutons pas.

Il relève presque du burlesque de constater qu'un organisme ayant clamé si fort son indépendance, sur toutes les tribunes, l’eut été dans les faits si peu.

Par ailleurs, les sommes promises aux différents organismes seront vraisemblablement honorées, voire reconduites, puisque c'est là une élégante façon d'exercer une présence bienveillante auprès des acteurs du milieu "social". La chaire de recherche sur le jeu responsable n'est ainsi nullement menacée; pensez qu'il serait bien malvenu, devant la machine gouvernementale, de voir s'envoler des fonds engagés transitant par le biais du FQRSC, c'est pratiquement impensable.

Avec une croissance annoncée de la publicité, de l'offre de jeu et une augmentation planifiée du nombre de joueurs, la prise de contrôle de Mise sur toi est une démonstration supplémentaire que le concept de "jeu responsable" est un écran de fumé destiné à formater les discours et données scientifiques disponibles de façon à ce qu'ils servent une logique de croissance marchande. Le nouveau slogan de Mise sur toi devrait maintenant être, à l'instar de la prémisse d'un pseudo-modèle scientifique développé par de chercheurs complaisants (modèle de RENO) : "Le jeu est un droit".

Jean Leblond Jean Leblond ·  25 novembre 2012, 10:15

Bonjour Robert,

Je partage ton point de vue, surtout en ce qui concerne l'amalgame voulant que l'expansion du jeu corresponde davantage à une revendication de droits personnels qu'au besoin de l'industrie pour de nouveaux marchés.

L'industrie a trouvé, dans le modèle de Reno, le concept idéal (jeu responsable) pour transférer quasi unilatéralement la responsabilité des problèmes de jeu sur le dos des joueurs. Cependant, le texte initial du modèle de Reno mise sur la protection du consommateur, via le choix éclairé, et fait appel à une coopération entre l'industrie, les services gouvernementaux et des associations de joueurs, s'il en existe.

C'est certain que Alex Blaszczynski, Howard Shaffer et Robert Ladouceur sont des chercheurs identifiés à l'industrie. Néanmoins, je garde la naïveté de croire que l'intention était réellement médiatrice. En contrepartie, j'aurais bien aimé que ces personnes défendent davantage leur proposition devant les importantes dérives juridiques et scientifiques qui ont suivi cette publication. Sans cette défense, le modèle de Reno porte à faux.

Alain Dubois Alain Dubois ·  26 novembre 2012, 11:45

Oui... Je suis d'accord avec vous. Mais juridiquement, c'est tout de même la fin de "Mise sur toi" et une reprise directe de sa mission par LQ implique une dissolution de son statut juridique actuel. Donc... juridiquement, rien n'oblige LQ à reconduire la subvention que "Mise sur toi" a accordée à la chaire sur le jeu responsable. Mais oui, c’est probable que Loto-Québec ne voudra pas indisposer les chercheurs qui partagent avec elle son discours corporatif sur le jeu responsable. Ceux-ci ont toujours été bien rétribués par l’industrie du gambling et les organismes qu'elle finance : Ladouceur, Shaffer, BLaszcznski et plus récemment Sylvia Kairouz..

Aujourd'hui dans le cadre du recours collectif intenté contre l'industrie du tabac, j'écoutais un reportage ou il était question de l'historien des sciences Robert Proctor, auteur du livre à succès « Golden Holocaust » . Celui-ci a démontré comment l'industrie du tabac finançait généreusement des chercheurs qui partageaient ses points de vue... Je ne crois pas que cela soit différent pour l'industrie du gambling?

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Tout-le-monde-en-parle_Alain_Dubois.png

Alain Dubois à "Tout le monde en parle"

Dimanche 9 octobre, j'ai fait un de mes deniers tour de piste, comme expert et critique de l’industrie du gambling à la populaire émission «Tout le monde en parle».

Lire la suite

liberte-internet_-_Copie.JPG

Loto-Québec: Blocage des sites de casinos - La neutralité du Net n'est pas menacé mais...

Le gouvernement du Québec se serait enfin décidé à s'attaquer aux sites privés de jeux d'argent et...

Lire la suite