Il est temps de faire un grand ménage à Loto-Québec !

Loto-Quebec-menage.jpgLoto-Québec s'est fait prendre à son propre jeu. À force de vouloir faire jouer tout le monde, notre société d'État est devenue elle-même une joueuse compulsive. Et comme Loto-Québec est une société d'État qui nous appartient, cela veut dire que nous risquons comme contribuables d'y perdre beaucoup d'argent. Car il semblerait qu'après avoir flambé des sommes d'argent considérables dans des paris risqués, elle veut encore, tout comme n'importe quel joueur compulsif, tenter de se refaire.

Voyons un peu les déboires récents de notre société d'État en matière de paris. En 2002, elle investit 85 millions $ dans des casinos en France. Or, dans cette folle aventure, elle fait maintenant face à un déficit accumulé de plus de 59 millions $. Mais, peu importe, nous dit notre société joueuse: il n'est pas question de se départir de ces actifs tant et aussi longtemps que l'on ne réussira pas à regagner l'argent perdu.

Évidemment, Loto-Québec ne s'arrête pas là. Un autre exemple: jugeant que les hippodromes de Trois-Rivières et de Québec ne rapportaient pas assez, notre société d'État décida de les remplacer par des maisons de jeu appelées Ludoplex. Loto-Québec y investit alors 65 millions $. Or, après quatre ans d'existence, les pertes ne cessent de s'y accumuler. On parle de 3,4 millions $ de pertes en 2011 pour les établissements de Québec et de Trois-Rivières et de 3,1 millions $ de pertes en 2012 uniquement pour celui de Trois-Rivières. Mais, encore là, peu importe, nous dit Loto-Québec: il ne faut pas lâcher pas le morceau. Il faut donc comprendre que, comme tout vrai joueur compulsif, elle ne s'en fait pas outre mesure avec ses pertes financières...

Aussi, sans attendre, Loto-Québec relance de nouveau sa mise ailleurs: c'est ainsi que, tête baissée, elle décide de construire un quatrième casino à Mont-Tremblant nécessitant cette fois-ci 66 millions $ de notre argent. Ce nouveau casino devait rapporter au bas mot, selon les dits experts financiers de Loto-Québec, 50 millions $ par année. Or, le rendement réel n'est aujourd'hui que de... 15 millions $!

Loto-Québec ne perd pas espoir et engloutit ensuite frénétiquement 80 millions $ dans les jeux en ligne. Le marché du jeu en ligne possède un potentiel énorme, nous disait-elle, toute excitée, en 2010. Mais encore là, pas de chance: c'est un cuisant échec! Alors que les revenus devaient être de 50 millions $ dès la première année, ils sont à peine de... 20 millions $!

Tout comme le joueur possédé par le jeu dans le roman de Dostoïevski, Loto-Québec remet encore et encore de l'argent sur la table. Et, cette fois-ci, c'est une très grosse somme: 305 millions $! De quoi construire environ 2000 beaux condos! Découragée du Casino de Montréal, dont les revenus stagnent depuis un certain temps, Loto-Québec croit pouvoir enfin se refaire en le rénovant avec grand faste. En misant sur le côté glamour qu'aura le casino une fois rénové, elle espère y attirer de gros joueurs. Notons que ceux-ci n'ont jamais représenté plus de 10% de sa clientèle.

On se demande cependant pourquoi de gros joueurs viendraient salir leur belle limousine dans les rues crasseuses et raboteuses de Montréal! Cette ville n'est tout de même pas Las Vegas où, pour $168, (le prix d'un billet d'avion aller-retour chez Porter), n'importe quel gros joueur, qu'il soit de Montréal ou d'ailleurs, peut facilement aller jouer. Peut-être aurait-on d'abord dû penser à investir dans une cure de beauté pour Montréal. Cette ville en aurait bien plus besoin que son casino. Mais cela est une autre histoire...

Ce que notre société d'État joueuse ne semble pas comprendre toutefois, est le fait qu'aujourd'hui, et cela, presque partout à travers le monde, le marché du jeu plafonne. En fait, ce marché est tellement saturé que l'offre est beaucoup plus grande que la demande et que seules quelques grandes capitales mondiales du jeu comme Las Vegas, Atlantic City, Monaco ou Macao, échappent à la désaffection généralisée des gros joueurs.

Aussi, à la suite de toutes ces récidives de Loto-Québec qui, depuis un bon bout de temps déjà, gaspille follement notre argent à gauche et à droite dans des paris perdus d'avance, je crois qu'une thérapie de choc s'avère être plus que jamais nécessaire pour elle. Cette société d'État est devenue au fil des années une très grosse machine qui coûte très cher à faire fonctionner et que l'on doit absolument, compte tenu de ses échecs et du contexte mondial du jeu, dégraisser!

Notons d'abord que plus du tiers de l'ensemble de ses revenus, soit 35%, sert uniquement à défrayer ses coûts de fonctionnement. C'est énorme! Et pour cette somme que fait-elle? Elle vend des billets de loteries, opère quatre casinos et exploite des machines de loterie vidéo. Ce petit service nous a coûté 1 milliard 348 millions $ en 2012! Or, cette même année, Loto-Québec remettait au Trésor public pas plus que 1 milliard 196 millions. Il en coûte donc plus cher pour aller chercher cette somme dans la poche des joueurs que ce que cela nous rapporte comme contribuables.

Il faut dire que, dans nos sociétés d'État, les salaires sont en général 20% plus élevés qu'ailleurs dans la fonction publique. Par exemple, le salaire du président de Loto-Québec est de 329 000$ par année plus 50 000$ en bonus. Ceux des huit plus hauts dirigeants de Loto-Québec se situent entre 217 000$ et 267 000$ par année plus bonus, évidemment. On comprendra qu'avec de tels salaires, personne ne se plaindra et n'osera avouer qu'à Loto-Québec, rien ne va plus !

Plutôt que d'avoir un regard lucide sur la situation actuelle des jeux d'argent dans le monde et rationaliser l'entreprise en conséquence, les dirigeants préfèrent se lancer encore dans des projets morts-nés afin de justifier leur emploi devenu bidon. Comme contribuables, nous n'avons pas à payer pour cela!

Il va falloir que le gouvernement du Québec comprenne que le gaspillage des dernières années à Loto-Québec a assez duré. En rationalisant sérieusement l'entreprise, Loto-Québec pourrait très bien continuer à assurer des redevances tout aussi substantielles au gouvernement tout en ayant un budget de fonctionnement réduit de beaucoup... 1,3 milliard $ uniquement pour faire fonctionner une entreprise qui ne progresse plus, c'est beaucoup trop!

Pierre Desjardins
Philosophe, membre de la coalition Emjeu (Éthique pour une modération du jeu) et auteur du Livre noir de Loto-Québec

Auteurs divers

Author: Auteurs divers

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (5)

nimportequoi nimportequoi ·  04 mars 2013, 10:14

Normal que le casino de Montréal n'attire plus, c'est un des pires casinos au monde côté remise! Leurs machines ne font que manger les 20$, mais ne paient pas du tout! Ça n'attire pas les joueurs, et surtout pas les touristes habitués des casinos de Las Vegas. Allez juste voir les vidéos de gains sur les machines sur youtube, vous verrez que c'est juste aux USA que les machines crachent des millions. Ici, au casino de Montréal, quelqu'un gagne 5000$ et on considère ça comme un gros lot. Ridicule!

Nick Rey Nick Rey ·  05 mai 2013, 05:04

Certes selon moi vous avers raisons mais en deux-mille-douze j'ai passer mes vacances à Las Vegas et j'ai amplement eu le temps d'estimer le taux de remise et je peut vous assurer qu'en ce qui concerne la compagnie à laquelle je jouai principalement (harras's) je n'ai guère été plus impressionner! Selon moi ils on même été pire qu'au casino de Montréal! J'ai gagner d'avantage au kéno et au courses de chevaux qu'a tout mes investissement au appareils combiné!

Alexandre Alexandre ·  31 mai 2013, 09:18

Une machine à sous est fait pour prendre....pas pour donner.

Bien que je suis en désaccord sur 99% des articles de ce site, je crois que c'est une des rares fois que je suis d'accord avec l'auteur.

Le casino se plaint de perdre des joueurs au profit de Kahnawake...mais ils ferment des tables de poker pendant les rénovations au lieu d'enlever des machines à sous...

Pauvred'avoirtropjoué Pauvred'avoirtropjoué ·  17 février 2014, 05:49

La 649 est pan-canadienne et est gagné en dehors du Québec 8 a 9 fois sur 10. Chaque tirage est arrangé pour que la société engendre pour la caisse de l'état au moins 5 milions de profit net sinon plus.

Ils lancent de la poudre aux yeux des joueurs québécois en faisant des décomptes de milionnaires faussement exagéré.car ils y incluent tout le marché canadien alors les gens qui gagnent réellement au Québec sont souvent dérisoires genre (1 gagnant de temps en temps quand leur caisse est super pleine)Les gens n'y voient que du feu.

Toutes les loteries secondaires (gratteux et autres jeux sur terminaux) sont encore pires en tant que pourcentage d'argent remis aux gagnants. Les lots gagnés sont souvent mineures et servent juste a contenter le client, Le client remait souvent son gain de 2$, billet gratuit, 10$ en jeu et donc la société reprends l'argent du joueur. On truque les billets en alignant des chiffres impossibles genre doublé ou triplé ou l'utilisation d'une formule de chiffres qui ne vous avantagent pas du tout statistiquement parlant. Acheter une poule aux oeufs d'or a 5$ ou 2$ et vous verrez souvent des chiffres doubles ou même triples ou assorti bizarrement qui enlève toutes vos chances.

Moi, j'ai fiinalement compris que la loterie c'est juste une autre manière d'aller chercher des taxes supplémentaires dans vos poches pour le gouvernement. Maintenant, si vous y croyez encore !! Ben tant mieux ou pis pour vous. Moi je n'ai plus d'argent a jeter par les fenêtres.

Hermosillo Hermosillo ·  04 juin 2014, 03:22

Ce qu'il faut savoir , c'est que toutes les roulettes sont truquées . Un casino ne peut se permettre de perdre et ce serait le cas si les roulettes seraient aléatoires . Il existe des façons de voir qu'effectivement elles sont truquées . Rendez vous sur le forum du site www.lesfrontaliers.lu .
Nous avons le même problème en Europe. Hermosillo,

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Francois_Trucy_senateur.png

Hommage à François Trucy, sénateur de la «République Des Jeux»

Elu pour la première fois en septembre 1986, le sénateur Trucy – auteur de nombreux rapports sur les...

Lire la suite

loup_bergerie-amya.jpg

Privatisation du jeu en ligne à Loto-Québec et paris sportifs...

Récemment, le ministre des Finances du Québec, Carlos Leitao, a laissé entrevoir la possibilité que...

Lire la suite