L’illusion de l’invulnérabilité juridique

240_mallard_on_the_former_wilts_and_berks_canal__kingshill__swindon_-_geograph_org.pngLe sentiment d’être invulnérable juridiquement est certainement une dimension centrale de la culture organisationnelle chez Loto-Québec ... du moins à l’égard des lois du Québec. Par contre, Loto-Québec ne peut pas avoir le même privilège à l’égard des lois fédérales. Récemment, une limite a clairement été franchie avec l’hébergement de l’Omnium universitaire de poker. C’est évident que cet hébergement outrepasse la lettre et l’esprit de l’article 207 du Code criminel canadien, une loi fédérale. Cela outrepasse aussi l’esprit de la Commission Prévost qui est la pierre angulaire de l’existence de Loto-Québec.

Comme bévue, c’est particulièrement catastrophique car le déroulement de l’omnium a été faussé par la participation de joueurs qui n’étaient pas supposés y participer. Par les mains remportées, l’action des intrus a été préjudiciable à plusieurs joueurs légitimes qui autrement auraient remporté ces mains. Mais, les informations données sur EspaceJeux prêtaient à confusion de sorte que des intrus pouvaient s’être glissés dans l’omnium en toute bonne foi. En contrepartie, dans d’autres cas, cela pouvait être par collusion afin de favoriser un joueur plutôt qu’un autre. Conséquemment, le problème d’intégrité de l’omnium est rapidement devenu constatable par tous.

À un joueur qui s’en étonnait sur la page Facebook d’EspaceJeux, un représentant a écrit : Une fois l’inscription complétée, nous procédons à la vérification du statut du joueur. Si un joueur gagne et que celui-ci n’est pas un étudiant, il n’a pas le droit au prix.

Le hic est qu’EspaceJeux n’a aucun moyen légal pour vérifier équitablement si un joueur est inscrit ou pas à une université, et surtout pas avant que les lots n'aient été automatiquement versés au compte des joueurs gagnants. Dans les faits, cela procédait par délation entre joueurs auprès de PrincePoker qui n’avait pas davantage de moyen légal pour tout vérifier. Il en résulte que, sur ordre de PrincePoker, des gestionnaires auraient prélevé (ou retenu) des montants dans les comptes de clients sans autre fondement qu’une délation invérifiable. Il aurait alors suffi d’un seul plaignant pour ouvrir une boîte de Pandore apte à décapiter plusieurs postes dans l’organisation.

Les problèmes d’intégrité sont particulièrement sensibles ces temps-ci puisque deux vice-présidents de Loto-Québec ont récemment dû quitter leurs fonctions. La Commission Charbonneau enquête présentement sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction parce qu’un réseau de corruption y est dénoncé. Le 15 octobre 2012, nous avons été étonnés qu’un témoin mentionne Loto-Québec via la participation alléguée du premier vice-président corporatif aux communications et affaires publiques. Deux jours plus tard, à la demande du gouvernement, Loto-Québec mute son vice-président à des fonctions moins importantes avant d’aboutir finalement en congé de maladie. Six mois plus tard, ce vice-président n’a toujours pas pu donner sa version à la Commission et à la population du Québec.

Le 20 octobre, le journal Le Devoir a publié qu’en prévision de la Commission Charbonneau, Loto-Québec avait déjà discrètement congédié son vice-président corporatif à la sécurité qui s’avère être un ami personnel d’un entrepreneur en construction au centre de la controverse. Que serait-il survenu si le déménagement du casino de Montréal (un projet de 1 milliard de dollars) avait été autorisé à la Pointe St-Charles?

Aussi, le 11 novembre, le Journal de Montréal a publié l’existence d’une enquête tenue secrète depuis janvier 2010 concernant un directeur des affaires immobilières qui a été congédié pour avoir obtenu gratuitement ou au rabais des services des fournisseurs auxquels il accordait d’importants contrats.

Par surcroît, peu avant l’élection, il y a eu l’étrange histoire d’un terrain exceptionnellement bien situé que le gouvernement du Québec était prêt à céder à Kahnawake afin d’y bâtir … un casino. Qui a fait ce lobby auprès du gouvernement, et comment en est-on arrivé à justifier un tel projet? Soyons réaliste, ce casino n’aurait pas pu faire beaucoup plus que de nuire au casino de Montréal. Puisque la politique québécoise est de concurrencer plutôt qu’interdire le jeu illégal, ce projet aurait-il servi de levier pour convaincre de la nécessité d’un casino encore plus gros, encore plus dispendieux, encore plus central à Montréal?

Avec l’omnium universitaire, on a assisté à un test de privatisation certainement moins anodin qu’il n’apparaît. Loin d’avoir endigué la dépense illégale au poker, EspaceJeux apparaît de plus en plus en être la vache à lait. Les joueurs récréatifs, les tournois déficitaires et les événements promotionnels d’EspaceJeux permettent à des joueurs professionnels, ou équipés de logiciels avantageux, de se construire un bankroll pouvant donner accès à des événements auxquels ils n’auraient pas accès autrement sur les sites offshores ou dans les tournois live de Kahnawake. Indirectement, l’argent récréatif sort de l’économie domestique ou légale sans aucune retombée fiscale pour la population québécoise. Apparaissant favoriser les intérêts des salons de poker de Kahnawake, EspaceJeux doit consolider sa crédibilité à canaliser la dépense au jeu des Québécois.

C’est dans ce contexte qu’il faut situer le sacrifice de LadyLuck.

Sans équivoque, le diplôme en criminologie de Laurence Grondin a été un élément important de sa sélection à titre de professionnelle de poker en titre chez EspaceJeux. À cet égard, elle s’ajoutait à la liste des garanties visant à convaincre la population que le poker en ligne sur EspaceJeux est légal et intègre.

Mais, LadyLuck ne semble jamais avoir bien saisi cette clause implicite de son rôle chez EspaceJeux. Ses présences à Kahnawake, auprès d’un copain impliqué jusqu’au cou dans un salon de poker jugé illégal par le gouvernement du Québec, se faisaient ouvertement. L’argument voulant que LadyLuck s’y rendait en missionnaire pour prêcher EspaceJeux aux païens n’est pas crédible. Diplômée en criminologie, LadyLuck ne peut pas ignorer que la loi ne lui permettait pas ce rôle … justifié ou pas. Prétendre qu’aucune clause de son contrat ne l’interdisait est une insulte à l’intelligence. Aucune clause du genre n’était nécessaire ni même justifiable.

Certes, LadyLuck pouvait anticiper son sort. En contrepartie, n’oublions pas que Loto-Québec est doté d’un service juridique dirigé par une vice-présidente plus qu’expérimentée. Comment expliquer l’inaction manifeste de ce service face à des indices répétés de problème qui remontent à 2011? Si Radio-Canada n’avait pas botté le derrière de Loto-Québec, je ne crois pas que personne ne s’en inquièterait encore. Incidemment, non rendues publiques, les allégations concernant l’autre professionnel de poker (voir commentaire 26) semblent passer sous le tapis. Bref, LadyLuck aura fait l’erreur d’être trop visible sans avoir l’assise pour bénéficier d’un statut d’invulnérabilité juridique.


Photo des canards sur une glace mince : Brian Robert Marshall

Jean Leblond

Author: Jean Leblond

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Isaak Isaak ·  01 juin 2013, 03:23

Les problèmes d’intégrité sont particulièrement sensibles ces temps-ci puisque deux vice-présidents de Loto-Québec ont récemment dû quitter leurs fonctions. La Commission Charbonneau enquête présentement sur l’octroi et la gestion des contrats publics dans l'industrie de la construction parce qu’un réseau de corruption y est dénoncé. Le 15 octobre 2012, nous avons été étonnés qu’un témoin mentionne Loto-Québec via la participation alléguée du premier vice-président corporatif aux communications et affaires publiques. Deux jours plus tard, à la demande du gouvernement, Loto-Québec mute son vice-président à des fonctions moins importantes avant d’aboutir finalement en congé de maladie. Six mois plus tard, ce vice-président n’a toujours pas pu donner sa version à la Commission et à la population du Québec.

Parfois je me dis qu'on ne sait absolument rien de ce qui se trame dans les sphères élitistes québécoises.
Le scandale d'Absolute poker était relié a la bande de Kahnawake mais ça presque personne ne le sait. Les arnaques ne remontent jamais jusqu'en haut de la pyramide. Un coupable est trouvé, un scandale est mis a jour et fin de l'histoire. Quelles sont les véritables relations entre la bande et le gouvernement? La vrai question!

La bande est derrière presque 50% du jeux online, ils truquent tout et sans vergogne vraiment, parfois les arnaques ne sont mêmes pas subtiles, parfois elle l'est énormément.

J'ai vu un gars sur 2+2 forums 1mois après la sorti d'Espacejeux il a fait de la publicité si on veut en parlant du site sur ce forum américain et le gars a ensuite gagné 30 000 $ sur les petits jeux et eu une série de victoires hallucinantes sur les tournois guarantis. il postait tout cela a la suite de son début de thread publicitaire ahahaha. Je vais tenter de trouver cela pour vous et vous donner le lien.
Un blackSwan comme on les aime.

isaak isaak ·  01 juin 2013, 03:33

''I cannot possibly foresee a time where canada will follow the USA and ban online poker. It is just not a country set up like that. we have our fair share of nutters, but they do not control things in the same they do in the USA. I mean, I could be totally wrong here, but I cannot see it happening at all, and cannot think of any examples of our country doing something like that in the past.

As for the site. I am pretty sure that QUE is already joined in with BC. At least, they were for the 100k freeroll. maybe not in all the cash games and such though. I know that is what the plan was.

The site has many many little problems, as others have mentioned, and the people behind the scenes just do not seem to "get" online poker. It is like a weird throw back site from 2002.

I feel my money is safe on the site, but not at all safe that the site is impregnable. I would not be shocked at all to find some sort of superuser scandal or something there. It just does not feel like a site that is run by people who have a clue about these things.

The one shining star about the site IMO, is the customer service. issues are resolved quickly, and they have always handled all dealings pretty professionally. Unfortunately the people that make the decisions do not seem to listen to their CSR's.

We'll see how it goes, but I think it will take some time to really get off it's feet. might be a viable option if more provinces link up and the people in charge hire someone who knows what an online site should be.'' Commentaire numero 13 :
http://forumserver.twoplustwo.com/2...

Alain Dubois Alain Dubois ·  02 juin 2013, 01:19

Au sujet de ton premier commentaire. En fait, il s'agit de l'ex-chef du conseil de bande Joe Norton. Ce dernier était non seulement un actionnaire de compagnies de jeu en ligne, dont «Absolute Poker» qui a été impliqué dans cet immense fraude en 2006, mais il est aussi un des fondateurs de la Kahnawake Gaming Commission.

Jean Leblond Jean Leblond ·  03 juin 2013, 12:43

Bonjour Isaak,

Lorsqu’un gouvernement est défait, Loto-Québec est une des pistes d’atterrissage du personnel politique. Le désavantage de cette pratique est l’imposition d’employés, pas toujours adéquatement formés, pour assumer des tâches qui ont un rôle tactique dans le bon fonctionnement de l’organisation. De plus, ces gens arrivent avec une culture de manigance où, le plus souvent, on fait les choses en secret, peut-être parfois, en tournant les coins de manière bizarre.

Traditionnellement, chez Loto-Québec, l’argent rentrait tout seul. Pas besoin de se forcer, pas besoin d’exceller. On n’a pas les ressources, bah, on sous-contracte … dans notre réseau d’influence. Cette pratique avait des conséquences invisibles. Mais depuis 2008, l’ensemble de l’industrie du jeu a constaté que la croissance facile n’était pas éternelle. Il y a même régression. Cette industrie a dorénavant besoin plus de compétences que de copains.

En ayant la tête ailleurs dans le temps, on était persuadé du one-night success avec EspaceJeux. Cela n’est pas survenu. Dès 2011, face aux difficultés du poker, les ressources nécessaires étaient absentes. Pire, à force de voir les gaffes se multiplier, on a vraiment l’impression que le tout est géré par les parachutés. Le poker … fuck off … nous, on est des stratèges politiques.

La semaine dernière, durant la commission parlementaire, Loto-Québec est arrivé avec un argument qui a certainement scié les jambes de quiconque s’y connaît le moindrement en jeu au Québec. Pendant deux jours, on nous a continuellement mitraillé le cerveau avec le casino amérindien d’Akwesasne sans le moindre mot sur ce qu’il se passe à Kahnawake. Chez Loto-Québec, je ne pense pas qu’on avait à l’esprit de résoudre les problèmes de la gestion du jeu. On manigançait … et ça, c’est la porte ouverte à bien des dérapages.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Tout-le-monde-en-parle_Alain_Dubois.png

Alain Dubois à "Tout le monde en parle"

Dimanche 9 octobre, j'ai fait un de mes deniers tour de piste, comme expert et critique de l’industrie du gambling à la populaire émission «Tout le monde en parle».

Lire la suite

liberte-internet_-_Copie.JPG

Loto-Québec: Blocage des sites de casinos - La neutralité du Net n'est pas menacé mais...

Le gouvernement du Québec se serait enfin décidé à s'attaquer aux sites privés de jeux d'argent et...

Lire la suite