Alcool dans les aires de jeux des casinos de Loto-Québec: les jeux sont faits?

Alcool et gamblingLes consultations de la Commission de la santé et des services sociaux sur la vente d'alcool à l’intérieur des aires de jeux des casinos font très mal paraître le gouvernement Marois. Omnibulé par le montant des dividendes que celui-ci exige de Loto-Québec (LQ), les députés du Parti Québécois on vite oublié leur habituel discours «progressiste». Aucune préoccupation de santé publique n'est présente dans leurs interventions. Pire les arguments économiques qu'ils mettent de l'avant pour justifier cette mesure ne tiennent pas la route...

L'argument principal de Loto-Québec et du gouvernement repose sur la prémisse, que la vente d'alcool rendrait les casinos québécois plus compétitifs et par conséquent, augmenterait leur taux de fréquentation. Cette seule mesure rapporterait, selon eux, 40 millions de dollars. Fidèle à son habitude, la société d'État n'a présenté aucune étude de marché pour appuyer sa demande. Comme je l'ai mentionné dans mon billet du 20 mai, il n'y a rien qui puisse prouver que les casinos québécois seraient plus compétitifs si LQ allait de l'avant avec la vente et le service d'alcool dans les aires de jeux... Les casinos d'Atlantic City et de Las Vegas offrent gratuitement (ou à bas prix) de l'alcool aux joueurs dans les aires de jeu et cela ne les a pas empêchés de voir leur profit baisser de façon spectaculaire, 12% pour Atlantic City! En fait, dans ce contexte de décroissance de la rentabilité des activités de jeu d'argent et de hasard, les casinos québécois se tirent plutôt bien d'affaire.

Loto-Québec a créé des établissements de jeux qui font compétitions à ses propres casinos.

Il y a de nombreux facteurs qui expliquent la baisse des profits des casinos québécois (lire billet précédent) dont l'augmentation sans précédent, ces dernières années, d'une offre de jeu qui, en grande partie, s'adresse à la même clientèle, celle des adeptes des jeux d'argent et de hasard électroniques. Loto-Québec a ainsi créé de nouvelles offres de jeux qui font compétition à celles existantes, dont celle offerte par ses casinos ! Comme le dit la maxime (sic) «Il déshabille Jean-Pierre pour habiller Marie-Claude»...

Les établissements de jeux illégaux... Que fait le ministre de la Justice, Bertrand St-Arnaud?

Les députés péquistes ont systématiquement demandé aux représentants de la Santé publique et des centres de traitement et de réadaptation en dépendance, s'ils ne croyaient pas qu'il serait préférable que les Québécois fréquentent les établissements de jeu légaux (les casinos de Loto-Québec) plutôt que des établissements de jeux illégaux où il est possible de consommer de l'alcool tout en jouant. Je ne sais pas pourquoi, mais aucun témoin a eu la présence d'esprit de répondre «le gouvernement et le ministère de la Justice n'a qu'à faire respecter le Code criminel!» Les établissements de jeux illégaux en dur (terrestre) ou sur Internet sont connus (la plupart sont à dix minutes du casino de Montréal: à Kahnawake). Comme aux États-Unis et en Europe le gouvernement peut bloquer les casinos et salons de jeux en ligne illégaux et mettre fin aux activités de tout autre établissement de jeu. Il est odieux de demander au Québécois de dépenser plus dans les jeux d'argent et de hasard et d'introduire un facteur de risques supplémentaire (l'alcool dans les aires de jeu) dans les casinos pour compenser le manque à gagner dû à l'absence de volonté politique de faire respecter les lois en vigueur.

L'interdiction de vente et de service d'alcool dans les aires de jeux «la meilleur pratique»

À l'exception du PDG de LQ, l'ensemble des autres intervenants aux audiences de cette commission parlementaire, dont les représentants des centres de traitements et de réadaptation en toxicomanie et des directions de la santé publique se sont opposés à l'élargissement de l'offre d'alcool dans les casinos. Ils ont tous recommandé le maintien de la politique actuelle qui représente selon eux un compromis acceptable. La vente d'alcool est tout de même permise dans les bars et restaurants des casinos. De l'avis de tous, cette mesure «figure parmi les meilleures pratiques» et «contribue à prévenir les problèmes liés aux jeux d'argent» (jeu compulsif et dépenses excessives). L'ensemble des intervenants reliés à la santé et le traitement des dépendances ont aussi relevé,  les effets délétères et désinhibiteurs de l'alcool et son incidence sur les conduites à risques y compris sur les habitudes de jeu. Chez l'automobilisme même un faible taux d'alcoolémie dans le sang, influence sa conduite et augmente significativement les risques d'accident. Il en serait de même chez les joueurs chez qui la consommation d'alcool entraînerait des hausses sur la durée des sessions de jeu, des sommes misées ou des pertes encourues. Dans ce contexte comment Loto-Québec pourra continuer à se considérer comme un leader du jeu contrôlé (ou responsable) alors qu'elle retire la principale mesure qui permet aux joueurs de contrôler le temps passé à jouer (gambler) et leur dépense.

Une nécessaire pause...

Le fait d'aller au bar pour boire permettrait correspondrait à salutaire moment d'arrêt pour plusieurs joueurs qui réaliseraient ainsi la durée du temps passé à jouer et du montant d'argent perdu... Les membres de la coalition EmJEU (dont l'auteur de ces lignes) revendiquent d'ailleurs, depuis une dizaine d'années, que l'on impose des temps d'arrêt sur l'ensemble des appareils de jeux électroniques y compris hors casino.

D'autres questions...

Plusieurs questions n'ont pas été posées et/ou demeurent sans réponses. Quel serait le prix de vente de l’alcool? Il y aura t'il un prix minimum? Est-ce que les points-privilèges pourraient être échangés contre des consommations d'alcool? Pourquoi et selon qu'elle règle offre t'on actuellement gratuitement de l'alcool dans les salons VIP des casinos? Pourquoi, n'a t'il pas eu un débat public qui a précédé la permission accordée, l'an passé, à Loto-Québec de faire la promotion de ses casinos par des campagnes publicitaires (radio, télé, journaux, etc,). Si le gouvernement va de l'avant avec la vente et le service d'alcool dans les aires de jeu, est-ce que les casinos pourraient utiliser, tel que le proposent les membres d'EmJEU, les informations contenues dans les cartes privilèges pour détecter les joueurs compulsifs?

Personne n'achète des billets de loterie dans les casinos...

Il aurait été pertinent que des intervenants entendus lors de cette commission attirent l'attention des élus sur le taux de prévalence par type de jeu. En 2005, un chercheur de la Santé publique associé à l'étude de prévalence 2002 des problèmes de jeu, Serge Chevalier a démontré que le 16% des joueurs qui ont des problèmes de jeu compulsif (1 symptôme ou plus) aux machines à sous dans les casinos étaient responsable de 63% des montants dépensés sur ces appareils (50% pour les 6% de joueurs pathologiques et problématiques). Il est important de préciser qu'entre 85 et 90% (*) des profits des casinos dans le monde proviennent des MAS et autres jeux électroniques. Au Québec plus de 90% des personnes traitées pour un problème de dépendance au jeu d'argent et de hasard, sont des adeptes des MAS, ALV et autres jeux électroniques. Ces jeux rapportent à eux seuls la majorité des profits de la société d'État! Il faut aussi préciser que ce taux de prévalence est mesuré sur 12 mois et exclut donc tout ceux qui ont réussite à se sortir de cette dépendance ou que faute d'argent ont cessé de jouer...

Le gouvernement Marois baillonne les voix indépendantes

Une étrange commission parlementaire…

Dès le départ, le PQ et le PLQ se sont opposés à la présence de voix indépendantes lors des consultations de la Commission de la santé et des services sociaux sur l'abrogation des dispositions qui interdisent la vente, le service et la consommation d'alcool à l’intérieur des aires de jeux des casinos québécois (dont la mienne et celle du chercheur Jean Leblond).

Ce dossier, comme tous les autres qui touchent le jeu, est très politique, le PQ et le PLQ, nos Rémus et Romulus de la politique québécoise, se dispute souvent, mais sur le fond des choses, hormis la question nationale, ils s'entendent bien et pratiquent le même genre de politique... Ici, ils se sont entendu pour d'accorder des "laissés passés" qu'à des invités choisis d'un commun accord.

Le jeu est pipé...

Autre bizarrerie, la liste des participants à ces audiences comprenait, au départ des associations touristiques, la chair en tourisme de l'UQAM, le DG du casino de Charlevoix et des chercheurs dont les travaux sont (ont été) financés par l' industrie brassicole (et autres alcooliers) et celle du gambling, etc.

Le PQ et le PLQ -Les Remus et Romulus de la politique

Quelques jours avant le début des audiences, tous ces intervenants, habituellement plutôt favorables à LQ et aux positions gouvernementales, sont disparus de la liste... Pourquoi? Afin de marginaliser la Santé publique? De réduire le temps consacré aux audiences de la commission? Le gouvernement faute d'arguments favorables a sans doute décidé d'imposer cette mesure, et ce, malgré la qualité des arguments en sa défaveur. J'imagine très bien les attachés politiques du ministre des Finances dire à tout ceux qui étaient favorables à cette mesure «Inutile de vous présenter aux audiences de la commission, car peut importe ce qui se dira, nous accorderons à Loto-Québec la possibilité de vendre de l'alcool dans les aires de jeu».


Aujourd'hui aux auditions de la commission parlementaire: le ministre des finances, Nicolas Marceau et le ministre de la Santé, Réjean Hébert.


(*) Jean-Pierre Roy a prétendu en onde que ce taux n'était ici que de 75%. Ce qui serait étonnant sauf peut être s'il est arrivé à ce pourcentage en prenant en compte l'ensemble du chiffre d'affaire des casinos y compris la restauration.

Baisse des profits des casinos de Loto-Québec... Une tendance mondiale!

Mémoires déposés sur le site de l'Assemblée Nationale: ICI

La page de la Commission de la santé et des services sociaux consacré à ces audiences (vidéos disponibles): ICI




Sur le même sujet:

Mâcher de la gomme et délirer sur le jeu en même temps

La clientèle se maintient dans les casinos québécois

Baisse des profits des casinos de Loto-Québec... Une tendance mondiale!



PHOTO en haut de page: Michael Godard Art Prints­ - http://artwest.homestead.com/godard.html

Alain Dubois

Author: Alain Dubois

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (0)

Soyez le premier à réagir sur cet article

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Tout-le-monde-en-parle_Alain_Dubois.png

Alain Dubois à "Tout le monde en parle"

Dimanche 9 octobre, j'ai fait un de mes deniers tour de piste, comme expert et critique de l’industrie du gambling à la populaire émission «Tout le monde en parle».

Lire la suite

liberte-internet_-_Copie.JPG

Loto-Québec: Blocage des sites de casinos - La neutralité du Net n'est pas menacé mais...

Le gouvernement du Québec se serait enfin décidé à s'attaquer aux sites privés de jeux d'argent et...

Lire la suite