Conjuguer alcool et jeu est un risque sociosanitaire

ANQ_2013-06-07_RecommendationDeLaCommission.pngAprès consultations particulières et auditions publiques, la Commission de la santé et des services sociaux recommande au Gouvernement du Québec de ne pas abroger la disposition qui prohibe la vente, le service et la consommation de boissons alcooliques à l’intérieur des aires de jeux. La Commission est d’avis que les risques de conjuguer l’alcool et le jeu sont démontrés. La Commission a aussi conclu qu’il n’existe pas de données permettant de croire raisonnablement que de servir de l’alcool directement dans les aires de jeu, plutôt qu’aux bars déjà existants dans les casinos, permettra d’atteindre les objectifs financiers.

Au-delà de l’avis de la Commission, il n’y a probablement pas beaucoup de Québécois qui croient si essentiels de pouvoir boire de l’alcool dans l’aire de jeu. Pour la grande majorité des joueurs, c’est plaisant de s’arrêter un peu et de prendre le temps de discuter dans les aires de restauration. Mais, surtout, au retour dans l’aire de jeu, c’est rassurant de savoir qu’aucun voisin trop dépendant du jeu et de l’alcool ne pourra venir nous renverser sa bière dans le dos. C’est un avantage concurrentiel des casinos Québécois.

Jean Leblond

Author: Jean Leblond

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (4)

Robert Robert ·  18 juin 2013, 11:35

Une décision conforme aux arguments débattus en commission

Après avoir pris connaissance des informations présentées en commission parlementaire, il est clair que l'argument de la compétition pour défendre une offre d'alcool accrue dans les casinos québécois ne tient pas la route. Les revenus des casinos sont stagnants ou en chute partout, c'est une tendance propre à un marché saturé et au contexte socioéconomique moins favorable aux casinos.

Contrairement à ce qui est avancé par les Ministres et les représentants de Loto-Québec, il y a plusieurs endroits en Amérique du Nord où des restrictions existent sur la vente d'alcool dans les aires de jeu notamment en Californie et en Colombie Britannique, le Casino View Royal en est un exemple parmi d'autres. Il y a même des "dry casino", qui n'offrent aucun alcool même à l'extérieur des aires de jeux... Les experts entendus en commission ont clairement démontré que l'offre d'alcool accrue; car il est quand même possible de consommer une bière avec sa blonde au bar du casino, entraînerait davantage de dépenses et de problèmes éventuels aux clients actuels des casinos. Rien ne démontre par ailleurs que l'offre d'alcool directement dans les aires de jeu rapatriera les joueurs de poker qui bénéficient de meilleures conditions générales dans des clubs privés...

Peut-être que la décision des commissaires est en grande partie une question de politique partisane, mais au moins, pour cette fois, le libellé de la recommandation est conforme aux témoignages les plus solidement appuyés.

Jean Leblond Jean Leblond ·  19 juin 2013, 12:24

Qui peut avoir si urgemment besoin de boire dans l’aire de jeu … au point de se taper plusieurs heures de route pour aller dans un casino américain … quand il peut faire la même chose à Kahnawake ou dans n’importe quel bar du Québec qui regorge d’appareils de loterie vidéo? Et puis, si l’envie de boire est intense à ce point, pourquoi aller payer l’alcool dans un casino québécois, alors qu’il y a de l’alcool gratuit dans les casinos concurrents. Vraiment, l’argument ne tient pas la route.

Servir à boire dans l’aire de jeu vise certainement à empêcher le joueur de prendre une pause. Espérons toutefois qu’on ne cherche pas à créer une empreinte neuropsychologique en combinant l’alcool et l’obtention de récompenses. Jouer ainsi avec l'intégrité neuronale de la population n'a rien du gambling.

Alain Dubois Alain Dubois ·  19 juin 2013, 12:27

Je suis d'accord avec les commentaires ci-haut. Je crois que les motivations qui se cachent derrière cette demande sont à la fois d'empêcher que les joueurs prennent des pauses afin probablement de compenser les pertes reliées aux obligatoires pauses cigarettes depuis l'application des lois antitabac (-3 à -8% des profits des casinos)... Et évidemment de faire dépenser les joueurs d’avantages à cause de l'effet désinhibiteur de l'alcool. J'ai aussi le pressentiment que les points privilèges donneront droit à des consommations... Ce qui rendra de facto, l'alcool gratuit dans les casinos de Loto-Québec...

Jean Leblond Jean Leblond ·  20 juin 2013, 12:11

Alain souligne un point important. Les points privilèges permettent déjà d'obtenir de l'alcool gratuitement au bar des casinos.

Pour chaque dollar en gratuité, il faut avoir misé 300 dollars. Si le taux de remise moyen des machines à sous (MAS) est toujours de 92%, miser 300 dollars équivaut à perdre 24 dollars. Il s’agit alors d’une ristourne (rakeback) de 4,2%. Pour une consommation valant 6 dollars, il faut avoir perdu 144 dollars. Après avoir perdu 1000 dollars, le joueur a tout ce qu’il faut pour oublier, temporairement, qu’il vient de se créer une fin de mois difficile … sinon plus.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Tout-le-monde-en-parle_Alain_Dubois.png

Alain Dubois à "Tout le monde en parle"

Dimanche 9 octobre, j'ai fait un de mes deniers tour de piste, comme expert et critique de l’industrie du gambling à la populaire émission «Tout le monde en parle».

Lire la suite

liberte-internet_-_Copie.JPG

Loto-Québec: Blocage des sites de casinos - La neutralité du Net n'est pas menacé mais...

Le gouvernement du Québec se serait enfin décidé à s'attaquer aux sites privés de jeux d'argent et...

Lire la suite