Pari sportif: Jacques Demers reprend du service avec les Sénateurs

Les_Senateurs_d_Ottawa.jpg Les paris sportifs bientôt possible au Canada?

Saviez-vous que les députés du Parlement canadien avaient voté en faveur d'un amendement au Code criminel (le projet de loi C-290) qui permettrait aux sociétés d'État (tel que Loto-Québec) qui gèrent les jeux d'argent et de hasard, d'offrir des paris sur le résultat d'un seul match. Heureusement, les promoteurs des paris sportifs se heurtent à une défense tenace de la part de l'équipe de Jacques Demers, les Sénateurs d'Ottawa! Ces derniers font obstacle aux attaques vicieuses de l'Association canadienne du jeu, en bloquant depuis plus 475 jours d'adoption du projet de loi.

Finalement nos sénateurs prouvent enfin leur utilité...

En marge de son congrès annuel qui se tenait cette semaine à Montréal, la Canadian Gaming (lire gambling) Association (CGA) a réclamé que le Sénat vote rapidement en faveur du projet de loi C-290, qui a déjà passé l'étape de la Chambre des communes. Afin d'intimider les sénateurs, tous les coups sont permis, ainsi la CGA n'a pas hésité à mettre en ligne un site AllezC290.ca pour faire pression sur nos braves sénateurs. Ce site fait, entre autres, le décompte de l'argent qui aurait été perdu par leur faute.

chambre-senat.jpgL'association qui regroupe des manufacturiers de machines à sous, de logiciels de jeu et des sociétés étatiques de loterie, met de l'avant des chiffres encore plus farfelus que ceux qui avaient été utilisés par l'industrie pour justifier la mise ligne de salons de poker et de casinos Internet étatique. Ainsi la CGA estime que depuis le feu vert des Communes 18 milliards de dollars ont été perdus aux mains de sites Web étrangers et de preneurs aux livres liés au crime organisé. Évidemment, Loto-Québec est d'accord avec cette initiative et son porte-parole, Jean-Pierre Roy, déclarait au magazine Argent que «si ce type de pari est permis, nous l'offririons rapidement. Le client le réclame et ça nous rendrait concurrentiels par rapport aux sites illégaux.»

N'ayant pas peur du ridicule, Bill Rutsey, le président et chef de la direction de la Canadian Gaming Association affirme «qu'il est clair que les Canadiens veulent une alternative légitime. En refusant d'adopter le projet de loi C-290, le Sénat maintient le statu quo - obligeant les Canadiens à se tourner vers des sites Web non réglementés et des criminels.»

Passons à l'attaque et répondons à ces affirmations désinvoltes de cette association.

1) Comme pour les sites de poker, ceux (et des logiciels) dédiés aux paris sportifs sont, pour la plupart, réglementés et appartiennent à des entreprises légales. Non seulement celles-ci sont souvent cotées en bourse, mais certaines d'entre elles ont signé des ententes d'opération sous licences avec des gouvernements. Plusieurs de ces compagnies qui vendent les logiciels et plates-formes de jeux ont aussi comme client des sociétés d'État tel que Loto-Québec. En fait, ce qui est illégal, pour les citoyens canadiens, c'est d'y jouer ou d'y miser... et pour ces compagnies, c'est de ne pas leur en interdire l'accès. Mais deviner quoi? On ne leur a jamais demandé d'empêcher les Canadiens d'accéder à leur site! Pourtant, la plupart de ces compagnies sont sensibles aux demandes des différentes juridictions. Si on leur demandait, je suis certain que plusieurs d'entre elles obtempéreraient...

Une meilleure défense...

2) Même si nos sénateurs votaient C-290 et que Loto-Québec et les autres sociétés provinciales de loterie iraient de l'avant en offrant des paris sur l'issu d'un seul match, les autres sites continueraient d'exister et à offrir (comme pour le poker) des produits plus attrayants que les plates-formes de jeu et de paris étatiques. De toute façon, que ce type de pari soit permis ou pas il sera nécessaire (idem que le poker) pour en assurer la rentabilité, empêcher les Canadiens d'avoir accès aux sites de paris que l'association considère illégaux... Pour ce faire, il faudra, comme je l'ai mentionné plus haut, demander aux gestionnaires des sites concernés d'en interdire l'accès à nos concitoyens et mettre en place un système de blocage des sites de paris (et de jeux en ligne) pour ceux qui ne voudront pas se conformer à cette demande. Ce type de mesure est déjà en vigueur dans plusieurs pays et elle se révèle très efficace. À celle-ci, nous pourrions à l'exemple de nos voisins du sud, interdire aux compagnies de cartes de crédits et de paiement en ligne d'honorer tout type de paiement qui s'adresserait à des sites de paris ou de jeu en ligne non contrôlé par provinces canadiennes.

En fait, le gros des paris illégaux est géré par des mafias italiennes, chinoises ou russes qui n'utilisent pas que le Web pour offrir leurs services. Peut importe, ce que nous ferons ceux-ci continueront à exister et à vouloir truquer l'issu des parties. À ce sujet, je vous invite à visionner l'excellent reportage de Special investigation: Foot'' (soccer)'', chevaux poker, des paris sous influence (Canal +).

La Canadian Gaming Association est hors jeu...

Jacques_Demers.jpgFinalement, nous pouvons nous demander si la demande de ce lobby correspond à un réel besoin? Je suis impliquée comme critique de l'industrie du gambling depuis plus de 10 ans et jamais je n'ai perçu qu'il y avait un mouvement significatif au sein de la population canadienne, en faveur de cette modification au Code criminel... En fait, cette revendication cache le désir de l'industrie étatique du gambling de créer de toute pièce une demande qui actuellement, n'existe pas. La CGA espère que ce nouveau produit suscitera de l'intérêt chez le consommateur, et ce, dans un contexte ou l'offre de jeu est déjà quasiment saturée et la demande stagnante... Enfin, la mesure actuelle qui interdit de parier sur l'issu d'une seule partie est une excellente mesure de précaution pour limiter la triche au sein d'un petit marché local, comme celui du Québec et surtout pour réduire les dépenses excessives de jeu. Il est plus hasardeux de miser de grosses sommes lorsque les probabilités de gains sont de la sorte réduites c.-à-d. parier sur l'issue de plusieurs parties est beaucoup plus difficile que pour une seule.

J'encourage donc nos chers Sénateurs à ne pas abandonner la joute et à remettre aux calendes grecques l'adoption de cette loi dont l'adoption n'est pas dans l'intérêt public.

Alain Dubois

Note: Vous aurez compris que je n'ai aucune idée des motifs qui poussent nos sénateurs à ne pas adopter ce projet de loi et de la réelle position de l'ancien entraineur du Canadien de Monréal et actuel sénateur, Jacques Demers... Mais la situation méritait d'être soulignée.... avec humour

Photo des Sénateurs d'Ottawa: Copyright Tous droits réservés par gbalogh

Alain Dubois

Author: Alain Dubois

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Jean Leblond Jean Leblond ·  22 juin 2013, 11:39

Dans les vestiges de l'empire britannique, plus on se sent proche de la Couronne, plus on aime les courses de chevaux. Historiquement, le Sénat canadien a systématiquement protégé les courses de chevaux contre tous les courants prohibitionnistes, à l'exception des temps de guerre ... et encore. Pendant longtemps, cela a été la seule activité légale au Canada. Par le passé, la triche a beaucoup nui au succès des courses de chevaux auprès des parieurs. Dans ce contexte, les sénateurs ont certainement plus d'expérience pour apprécier les dérives quasi certaines du pari sur événement unique.

AllezC290.ca est plutôt cowboy comme méthode de bullshitage démocratique. Qu'est-ce que des partenaires commerciaux d'une société d'état, comme Loto-Québec, font là? Dans un communiqué, la Canadian Gaming Association prétend que le Québec appuie le projet de loi, mais on n'indique pas si l'informateur est le gouvernement ou un gestionnaire de Loto-Québec qui parle à travers son chapeau.

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Tout-le-monde-en-parle_Alain_Dubois.png

Alain Dubois à "Tout le monde en parle"

Dimanche 9 octobre, j'ai fait un de mes deniers tour de piste, comme expert et critique de l’industrie du gambling à la populaire émission «Tout le monde en parle».

Lire la suite

liberte-internet_-_Copie.JPG

Loto-Québec: Blocage des sites de casinos - La neutralité du Net n'est pas menacé mais...

Le gouvernement du Québec se serait enfin décidé à s'attaquer aux sites privés de jeux d'argent et...

Lire la suite