PokerStars trébuche de manière inattendue

240px_van_gogh_the_brothel.pngLorsqu’Amaya a annoncé l’acquisition de PokerStars (12 juin 2014), la transaction n’a pas vraiment suscité d’inquiétudes parce que les acquéreurs provenaient d’un milieu où on connaît le poker, parce qu’Amaya ne semblait pas vouloir tout virer à l’envers, et parce que la compagnie était inscrite en bourse. Mais, la bouchée était énorme à avaler pour deux raisons : (1) le coût d’acquisition était hors de proportion par rapport à ce que valait Amaya, et (2) la brève expérience d’Amaya, avec le petit réseau OnGame, laissait entrevoir quelques difficultés à s’adapter à un aussi gros marché.

Dans le domaine du poker, un événement hyper-médiatisé, qui vire à la foire, peut porter un coup sérieux à la crédibilité. Il y a trois ans, EspaceJeux a irrémédiablement altéré sa réputation lors de la bourde du championnat de poker du Québec. Lors de l’inauguration, le 1 décembre 2010, beaucoup de joueurs étaient très réfractaires aux critiques envers EspaceJeux. Leur espoir était qu’EspaceJeux allait rapidement devenir une partie de pêche pour les joueurs professionnels ou ceux qui pensaient le devenir. En psychologie, on dit que Loto-Québec bénéficiait d’une puissante assimilation de la part de ces joueurs. En marketing, cela vaut de l’or car ce type de client peut tolérer de nombreux dysfonctionnements … tant qu’il ne franchira pas l’ ancrage. Mais, avec la finale en ligne du championnat de poker, c’était un bordel difficile à ne pas voir. La bourde était tellement loufoque que Loto-Québec n’apparaissait plus comme un rempart solide où les critiques s’échouaient invariablement. Le passage conséquent de l’assimilation au contraste est digne des meilleurs traités sur la théorie du jugement social. Par la suite, on a vu des clients, parmi les plus assimilés, devenir des critiques sévères d’EspaceJeux. Samedi (6 décembre 2014), c’est ce que pourraient avoir aussi vécu Amaya et PokerStars.

Depuis le 1 décembre 2014, PokerStars a une promotion intitulée $1M Milestone Hands. Il suffit de participer à une partie à l’argent à la bonne table pour recevoir des cadeaux en argent. Cela survient trois cents fois, pour 300 millions de mains aux parties à l’argent, pour une bourse totale de un million de dollars à distribuer. Quand une borne (Milestone, la millionième main) est franchie, les autres joueurs du réseau sont avisés pour être témoin de l’événement. Or, hier, l’événement survient à une table en argent fictif … à une table où cela n’est pas supposé survenir. Pour les responsables de la programmation, l’erreur est énorme car on ne s’attend vraiment pas à ça de PokerStars qui organise souvent ce type de promotion. L’erreur est tellement inattendue qu’elle ébranle la certitude en la solidité du logiciel de poker, jusque-là un net avantage de PokerStars sur ses concurrents.

Voici une des images capturées très tôt lors de l’événement.

600px_bug_milestone_hand.png
tx_bug_milestone_hand.png
On est vraiment à une table en argent fictif. Au moment de la capture, la table était gelée … ce qui n’a pas empêché certains joueurs d’aller s’y installer après coup. Sur cette image, il y a 3 joueurs avec 1000 jetons. En situation de jeu, c’est plutôt étonnant … quoique possible. Mais, il est plus raisonnable de croire que 3 joueurs ont été s’inscrire à cette table après l’annonce de la Milestone. Mais, le manque de contrôle des programmeurs apparaît pire si on compare notre image avec celle reproduite sur PrincePoker. Sur notre image, le joueur Brick1Time avec 2364 jetons est remplacé, sur l’image de PrincePoker, par DEEPsource qui a les 1000 jetons qu’on accorde aux joueurs qui arrivent dans la partie. C’est le cas aussi de make0420. Pendant tout le temps que la table était gelée, mais toujours activée, les joueurs devaient se garrocher pour aller s’asseoir à cette table alors que les programmeurs n’en avaient pas le contrôle. C’est un bordel suffisant pour que les mordus de PokerStars en viennent à se demander si PokerStars est toujours LE Pokerstars.

Pour Amaya, le danger n’était pas de faire une erreur. Mais, c’était de le faire là où on ne le croyait pas possible. C’est à suivre notamment si on croit en la venue d’un sauveur du poker au Québec.



Image en entête : Vincent Van Gogh, Le Bordel 1888

Jean Leblond

Author: Jean Leblond

Restez au courant de l'actualité et abonnez-vous au Flux RSS de cette catégorie

Commentaires (1)

Pokerman Pokerman ·  08 décembre 2014, 12:29

Avant cet événement, qui, il faut l'avouer, est très inquiétant, la seule comparaison qu'on pouvait réellement faire entre la plateforme de Pokerstars et celle de Gtech était au niveau de la distribution des cartes qui est tout aussi douteuse pour l'un comme pour l'autre.

Mais aujourd'hui, cette erreur qui peut sembler banale aux yeux de certains, nous démontrent clairement que nous sommes justifiés d'entretenir de sérieux doutes concernant l'intégrité de toutes activités sur le web qui, qu'on le veuille ou non, sont contrôlées par programmation.

Si une telle erreur de programmation peut se produire comme nous en avons la preuve aujourd'hui, nous sommes certainement en droit de remettre en question toute l'intégrité du fonctionnement global d'un site de jeu en ligne.

Qu'en est-il des taux de commissions prélevés à chaque main? Des taux de change attribués lors d'une transaction? Du montant gagné ou perdu à chaque main en "cash game"? Des prix remis dans les tournois? Des points attribués au classement du "leaderboard"? Du cumulatif des points attribués aux joueurs assidus? Des montants attribués lors de promotions tel que la "Milestone Hands"?

Qu'est-ce qui nous assurent qu'il n'y a pas d'erreurs lors de la distribution des cartes? Qu'en est-il au niveau des contrôles de collusions? Qu'est-ce qui nous assurent que nous ne jouons pas contre des "bots"?

La réponse est simple: RIEN!

Sinon, que des textes nous "garantissant" le tout comme étant contrôlé et intègre. Devons-nous y croire après un tel événement? Absolument pas!

En affaire, le lien de confiance est fondamental. Mais au-delà de la confiance, les prétentions de part et d'autres des parties impliqués doivent être vérifiées et prouvées comme étant fondées et véridiques. Dans le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui, il faudrait être stupide pour faire confiance à un étranger uniquement sur ses paroles ou prétentions écrites et ce, encore moins lorsqu'on parle de business sur le web!

Toutes bonnes gestions obligent à contre-vérifier toutes affirmations, prétentions, engagements, etc. relatifs à toutes opportunités d'affaires. Cela implique donc l'implication de tierces parties expertes et indépendantes qui feront toutes les vérifications nécessaires afin de garantir à tous les parties impliqués que chaque clause est intègre.

Qu'en est-il de cette opportunité d'affaire entre les sites de poker et les joueurs? RIEN!

Les joueurs de poker en ligne n'ont uniquement que leurs propres perceptions d'intégrité face aux sites pour établir ce lien de confiance. Une vraie joke!

Une chose est sûre, si un jour, Loto-Québec souhaite licencier et rendre légaux certains sites de poker en ligne, un tel événement comme nous venons de constater justifie certainement l'obligation pour ces derniers d'exiger que chaque aspect du fonctionnement du site soit vérifié et garanti. Sinon, comment peut-on prétendre l'intégrité?!

D'ailleurs, cette assurance d'intégrité était obligatoire par notre gouvernement en place avant d'autoriser la mise en ligne du site Espacejeux. Rien n'a été fait! Essayez d'exiger des vérifications concernant l'intégrité du fonctionnement de ce site. Les avocats de Loto-Québec s'empresseront de vous aviser qu'ils n'ont aucune responsabilité car toutes leurs activités sont contrôlées par des tierces parties.

Une vraie joke!

Dès les débuts d'Espacejeux, j'ai été l'un des premiers à critiquer ouvertement l'ensemble de leurs opérations et, plus souvent qu'à mon tour, je me suis fais gravement attaquer par les "Dieux" de forums de poker et leurs disciples qui défendaient "bec et ongle" celui-ci. Aujourd'hui, ceux-ci tiennent sensiblement le même discours que je tenais à ce moment suite à une série d'événements de toutes sortes justifiant la critique.

Dans le cas de Pokerstars, c'est sensiblement la même chose. L'événement de ce week-end ne suffira pas à semer le doute pour ceux qui croient uniquement sur des prétentions. Pourtant, les faits sont là ainsi que l'évidence justifiant d'exiger des contrôles par des experts indépendants.

Je souhaite que d'autres événements de ce genre se produisent afin de convaincre la communauté de poker en ligne du besoin flagrant de contrôles drastiquement plus sévères. Ce jour est peut-être plus près qu'on ne pourrait l'imaginer!

Par contre, évidemment, comment pourrions-nous exiger l'intégrité d'un site qui est illégal? Vu sous cet angle, Amaya aurait tout intérêt à continuer d'opérer illégalement car de vouloir le faire en toute légalité exigerait des contrôles par des tierces parties indépendantes et pour ma part, je suis convaincu que jamais ils n'accepteraient ces exigences. Mais pourquoi donc? La réponse me semble évidente!

Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Aucune annexe



À voir également

Tout-le-monde-en-parle_Alain_Dubois.png

Alain Dubois à "Tout le monde en parle"

Dimanche 9 octobre, j'ai fait un de mes deniers tour de piste, comme expert et critique de l’industrie du gambling à la populaire émission «Tout le monde en parle».

Lire la suite

liberte-internet_-_Copie.JPG

Loto-Québec: Blocage des sites de casinos - La neutralité du Net n'est pas menacé mais...

Le gouvernement du Québec se serait enfin décidé à s'attaquer aux sites privés de jeux d'argent et...

Lire la suite